Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

LE YUCCA, un texte signé Philippe Couillaud

4 Juillet 2016 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Textes

LE YUCCA, un texte signé Philippe Couillaud

LE YUCCA

La lumière se pose sur le yucca. Son ombre défigure le mur blanc. D'ailleurs, le mur blanc n'est pas blanc, mais sale. Exagérée parce que démesurée, l'image projetée du yucca surplombe deux corps allongés sur des supports improbables, peut-être d'anciennes tables, sait-on jamais avec le jeu des translations.

La nudité des corps, outre l'identité de genre, révèle la présence incongrue de cette plante aux rosettes de feuilles dures, élancées comme des épées. Entravé et lié à ce socle qui le porte de toute son indifférence, chaque corps déploie son existence. Sont-ils vraiment nus? Leurs peaux marbrées de brûlures exsudent des gouttes d'angoisse poisseuse. A la tige molle d'entre les cuisses de l'homme, se figent les pointes acérées d'une pince métallique reliée à un fil électrique.

La femme geint. Ses grandes lèvres boursouflées tremblent au rythme des feuilles du yucca qu'agitent les pales d'un ventilateur. Le bourdonnement du brassage d'air couvre les souffles hachés de l'homme et de la femme. Le sang séché, les vomissures collées et la sueur caillée voilent leurs peaux d'oripeaux nauséabonds. Les corps ne trouvent pas âme à qui se rendre. Les esprits liés à leurs enveloppes de chair se demandent comment échapper à ces carcasses corporelles que la torture défigure.

Le rêve n'accède plus à l'évasion du monde sensible. Des bruits sourds résonnent. Les godillots reviennent à la charge. Les costauds baveux reprennent le travail. Indifférenciés par le port des uniformes, ils referment la porte sur l'épouvante et se mettent face à la curiosité de la terreur. Les feuilles du yucca s'immobilisent d'elles-mêmes. Le projecteur désormais dirigé vers l'homme et la femme précipite la plante dans l'absence. Si elle avait pu parler, n'aurait-elle pas dit: la vie ne mène nulle part, mais je suis le mouvement.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

M-Noëlle Fargier 05/07/2016 13:40

Quel texte !!!! Dès le début le décor est planté. L'auteur donne une forte impression par son jeu des lumières et cet arbre déjà le reflet des personnages ! Quelle force dans ces descriptions, j'en oublie que ce sont des descriptions tant la réalité est là ! Puis, cette lumière qui devient "projecteur" avec tout ce que ça insinue, renvoie...et le dernier mot "mouvement" comme un balancier d'horloge (la vie, la mort) regardé par ce yucca qui devient vivant, complice de cette scène. En fait tout est en lien dans ce texte, une sorte de cohésion entre les éléments, les êtres, dans un monde de cruauté, sans logique. C'est cela qui me semble extraordinaire "Le bourdonnement du brassage d'air couvre les souffles hachés de l'homme et de la femme"...Ce texte est bouleversant. Chapeau bas Philippe !

Philippe Couillaud 06/07/2016 11:07

Merci beaucoup Marie-Noëlle. J'ai hésité avant de l'envoyer. Parfois, mes propres mots me font peur et plus encore j'appréhende les réactions éventuelles à la lecture de thèmes qui peuvent provoquer rejet ou incompréhension. Donc doublement merci d'avoir "reçu" ce texte...