Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Christine Brunet a lu le livre de Jean Gualbert : "Le cauchemar de Marianne"

6 Juillet 2016 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture

Christine Brunet a lu le livre de Jean Gualbert : "Le cauchemar de Marianne"

Le premier mot qui me vient en refermant ce petit livre : SUCCULENT !

Je relis le début de la quatrième de couverture, intriguée, et j'en décortique le synopsis.

"La journée d'une citoyenne ordinaire...". Ordinaire, ordinaire... Oui et non... Ce qui est sûr, c'est que des Marianne de cet acabit, nous en connaissons tous ! Mais quand même...

"... en sept tableaux, sept péchés. Ce pourrait être une voisine..." : c'est clair, pourquoi pas ?

"... une connaissance, peut-être nous." : ah, non ! Pas d'abord ! Pas moi !

Les pensées de Marianne, ce sont celles que trop de gens pensent tout bas, des pensées inavouées, inavouables. Les mots sont justes, parfaitement calibrés ; ils piquent au vif, ils taraudent, ils réveillent.

Chaque tableau commence dans un décorum poétique, parfait, positif et lumineux. Ah ce qu'on y est bien... Mais chassez le naturel, il revient au galop ! Et c'est la noirceur, certains parleraient d'obscurantisme qui s'installe.

En filigrane, cette vision de l'autre qui fait le terreau de théories extrémistes. Ecoutez autour de vous... Marianne est là, tapie dans l'ombre, prête à surgir. Marianne allégorie (sans doute), Marianne humaine ou inhumaine... A vous de choisir.

Ce petit livre ne fait que 39 pages mais il bouscule... Il vous tape sur l'épaule et semble vous mettre en garde en murmurant à votre oreille parfois effrayée de l'Autre : "Fais attention... Garde l'esprit ouvert sinon toi aussi, tu pourrais basculer..."

A découvrir sans tarder !

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe Couillaud 07/07/2016 11:59

C'est cela, un livre hors format qui appuie là où ça fait mal. Une descente, l'air de rien vers le mal qui ronge, (nous ronge), pas loin de celui que Hannah Arendt nomma: "la banalité du mal". L'humour froid et débonnaire de Jean Gualbert nous y entraine avec la tranquillité d'une balade sur un petit chemin. Attention à ne pas trébucher sur les cailloux qu'il a semés!!!

christine Brunet 07/07/2016 07:39

Sans aucun doute, Edmée... Un petit livre qui bouscule, qui montre du doigt... Un petit livre terriblement d'actualité !

Edmée De Xhavée 07/07/2016 07:26

C'est tentant et semble avoir un zeste de "différent"... très appréciable!