Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

« DÉLIVRANCE », UN LIVRE de Jacques DEGEYE, aux Éditions CHLOÉ DES LYS.

2 Avril 2016 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #présentations

« DÉLIVRANCE », UN LIVRE de Jacques DEGEYE, aux Éditions CHLOÉ DES LYS.

BIOGRAPHIE

Jacques DEGEYE est né le 7 juin 1948 en province de Luxembourg (Belgique).

Il est agrégé de philosophie et lettres (département d'histoire moderne), possède le certificat d'aptitude aux fonctions de bibliothécaire et le certificat d'aptitude aux fonctions administratives communales.

Il est Chevalier de l'Ordre de la Couronne et détenteur de la médaille civique de 1ère classe.

Il a exercé pendant plus de dix ans le métier de professeur dans l'enseignement secondaire, principalement supérieur, et pendant un quart de siècle, celui de secrétaire communal de la Ville de Rochefort (Belgique).

Lecteur infatigable, il aborde tous les domaines : de la littérature aux sciences, de la politique à la philosophie. Il a une affection particulière pour le cinéma ( il a collaboré à la rubrique cinématographique des Cahiers de Clio ) et pour la peinture.

L'écriture est sa passion. D'abord dans le domaine historique. Il a collaboré à l'ouvrage collectif Abbayes de Belgique.Guide, sous la direction du professeur Albert d'HAENENS, Bruxelles, Léon Dewincklear, Éd. de Services Interentreprises, Éd. de Services Interbancaires, 1973. De même, il a participé à l'ouvrage collectif La religion dans les manuels d'histoire en Europe / Religion in School History Textbooks in Europe, sous la direction du professeur Albert d'HAENENS, Strasbourg, Conseil de l'Europe / Council of Europe, 1974. L'un de ses articles est consacré à La preuve à Stavelot-Malmedy, du IXe au XIIIe siècle, dans « Le Pays de saint Remacle », n°12, Malmedy, 1975/1976, p. 55-75. L'autre est intitulé Les carrières de calcaire à Resteigne, dans « Glain et Salm, Haute-Ardenne », n°12, juin 1980, p. 52-76.

Il est l'auteur de deux romans qui précèdent l'ouvrage sur lequel porte la présentation ci-après :

- Le monde de Jonathan ou le cercle infernal, collection « Ô fil du temps», Bruxelles, Artésis Éditions, 2006. Au contraire de la plupart des écrivains, Jacques DEGEYE commence sa production littéraire par un roman sur l'enfance et ses sortilèges, sur l'adolescence et le sentiment de culpabilité. Jonathan porte très tôt le poids des origines de son père sur ses frêles épaules.

- Meurtre en Ardenne, Éditions Éole, 2008. Un roman noir où l'auteur marque son territoire. Si le testament et l'assassinat de l'écrivain Harold Bullock occupent le centre du roman, le suicide n'en est pas moins un thème essentiel, avec quelques autres : les rivalités intra-familiales, le double triangle amoureux, les relations ambivalentes entre les deux soeurs.

L'imagination de l'auteur prend sa source dans le réel, avant de le transformer, voire de le sublimer. Lecteur assidu de René GIRARD, l'auteur partage ses conceptions sur le roman, sur le darwinisme appliqué en anthropologie, sur le mimétisme, les boucs émissaires, le sacrifice, la violence et la dissimulation propres au sacré, aux rites et aux mythes.

Jacques DEGEYE propose une vision poétique du monde assez décapante : celle-ci met l'homme à nu face à ses sensations premières, sans recourir à la médiation des appartenances sociales. C'est une lutte acharnée contre les mensonges et dissimulations qui défigurent l'homme et contre les préjugés qui emprisonnent sa pensée.

PRÉSENTATION DU LIVRE

DÉLIVRANCE est pour l'essentiel un recueil de nouvelles. Que le lecteur n'ait cependant pas un mouvement de recul devant ce terme : « des nouvelles ! » Et un mouvement d'arrêt devant le thème de la mort volontaire. Rien de mortifère dans ces récits. Au contraire : des héros débordant de vie, pleins de désirs et de projets.

Les personnages de la vie réelle sont présentés sous des angles inattendus : Romain Gary, Nicolas de Staël, Romy Schneider, Marilyn Monroe, Diane Arbus, Ernest Hemingway, Virginia Woolf, Gérard de Nerval, Stefan Zweig, Walter Benjamin, Vincent Van Gogh, Marina Tsvetaeva, Yukio Mishima... Et bien d'autres appartenant au monde de la finance, de la politique, du sport, des camps de la mort.

Le lecteur découvrira des personnages de fiction, tous plus attachants les uns que les autres : Alexia, Alban, Stephen George, Patty Schoenberg, Sirius, le professeur Appelbaum... et un être nimbé de mystère : le Démiurge.

L'amour fusionnel, les doubles, les songes et la quête obsessionnelle de la liberté ne le cèdent en rien aux cauchemars, au sacrifice de soi et à la rage destructrice. Jusqu'à ce récit de fin du monde , fruit d'une imagination débridée, et dont la frêle héroïne semble être la seule à pouvoir éviter la catastrophe.

Des histoires où la drôlerie et l'humour ont leur part. Un style direct. Des dialogues surprenants. Certains personnages apparaissent dans plus d'une nouvelle, donnant au texte une continuité analogue à celle du roman. Au milieu et à la fin du volume, le lecteur trouvera une Ode à la vie rêvée, puis le poème éponyme Délivrance.

Le suicide : un art de vivre et de mourir. Des sentiments forts. Chaque histoire de mort volontaire traduit le cri des hommes et paradoxalement leur folle espérance.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jean-François Foulon 03/04/2016 18:21

Un auteur dont le nom réapparaît ici et là et qui m'intrigue. Parce qu'il parle de l'Ardenne ou parce qu'il est un "lecteur assidu" de René Girard?

Edmée De Xhavée 03/04/2016 08:22

Un sujet particulier en effet, mais on nous dit qu'il n'a rien de mortifère. Je me souviens avoir lu dans les mémoire d'Alberto Pincherle - le fameux Alberto Moravia - que toute sa vie il avait songé au suicide, et que c'était le cas de tous ceux qui aimaient la vie. Alors... pourquoi pas?

Jean Louis Gillessen 03/04/2016 03:51

Thème sujet à tellement de controverses, il peut s'avérer intéressant sous le jour de nouvelles, surtout si le côté mortifère y est absent, et que l’œil de l'écrivain Agrégé, doublé de passion de l'Histoire et pédagogue par expérience, le traite en lui prêtant une plume reconnue au style direct, non dénué d'humour. ... Bon, je ne m'attends pas à des sketchs du Festival du Rire de Rochefort, où Jacques Degeye fut secrétaire communal pendant un quart de siècle ... Sourire. J'aime les phrases de présentation suivantes : " L'imagination de l'auteur prend sa source dans le réel, avant de le transformer, voire de le sublimer. " et " Des histoires où la drôlerie et l'humour ont leur part. Un style direct. Des dialogues surprenants. Certains personnages apparaissent dans plus d'une nouvelle, donnant au texte une continuité analogue à celle du roman." et " Le suicide : un art de vivre et de mourir. Des sentiments forts. Chaque histoire de mort volontaire traduit le cri des hommes et paradoxalement leur folle espérance. ". Bravo et bon vent à cette oeuvre.