Christine Brunet a lu "Le temps d'exister avant le froid" de Nikos Leterrier

Publié le par christine brunet /aloys

Christine Brunet a lu "Le temps d'exister avant le froid" de Nikos Leterrier

Une fois de plus, j'ai cédé à l'appel de la couverture de ce recueil de poésies : un appel irrésistible de l'imaginaire.

Je le ferme encore un peu dans mon voyage au cœur de mes cauchemars. Je frissonne de froid et je comprends à présent la signification de la première de couverture...

De magnifiques dessins illustrent les poèmes et les chansons, miroirs de l'univers que nous propose Nikos Leterrier.

La vie a abandonné le poète, le plongeant dans les affres du regret de ce qui a été, dans l'enfer de la solitude, de l'oubli, de la peur. Des flashes illuminent brillamment mais trop brièvement l'obscurité rampante et tentaculaire qui a infiltré insidieusement la pensée du lecteur.

Deux vers me semblent représentatifs de ce recueil même s'ils sont forcément restrictifs

" Je saigne ma pensée en mots et en images

Le plus souvent dans la pénombre et le silence (...) ". (Vivre ou le jeu dangereux du regard, p 37)

Un univers poétique qui m'a interpelée et m'a tirée vers le côté obscur de l'âme humaine.

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nikos 28/04/2016 12:23

Merci pour ce nouveau commentaire Christine! Pour répondre à Séverine, c'est de la poésie noire et blanche, comme les dessins ;-) Après tout, le poème que cite Christine se finit ainsi :

Mais aujourd'hui je veux vivre et vivre encor

Séverine Baaziz 28/04/2016 11:03

Tiens, tiens... De la poésie noire.
Noire-noire ou noire-un-peu-blanche comme la couverture ?
A lire pour en savoir davantage.

Philippe Couillaud 28/04/2016 09:46

"Je saigne ma pensée en mots et en images" ou comment un vers à lui tout seul peut contenir tout l'humain...

Micheline 28/04/2016 08:26

Très belle métaphore : "Je saigne ma pensée en mots et en images"

Edmée De Xhavée 28/04/2016 07:57

J'aime assez les deux vers que tu as choisis pour nous donner le ton de l'ouvrage. Plutôt sombre et,sans doute tourmenté aussi...