Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Texte n°6 concours

20 Mars 2016 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #concours

PREMIERE SEANCE DE DEDICACES

Après avoir triomphé de multiples épreuves, surmonté bien des obstacles, vaincu les doutes et les critiques, me voilà en haut de la montagne, contemplant fièrement le chemin parcouru, défiant ceux qui n’avaient pas cru en moi et souriant à la foule des lecteurs qui allaient se presser devant le stand où je me tiens, bien droit, derrière une pile de livres tout frais sortis de presse. Devant moi, un écriteau arbore mon nom en lettres dorées.
Je suis enfin présent à la Foire du Livre !
Pendant des années je m’y suis promené avec des airs gourmands, plus intéressé par les écrivains que par leurs œuvres.
Je me disais « Un jour, ce sera moi qui serai là, et les visiteurs feront la file devant ma table ». Mission accomplie ! Enfin, en partie, car voilà une heure que je me suis installé et aucun futur lecteur ne s’est présenté.
Pour ne pas avoir l’air de guetter le client, je fais mine de griffonner dans un carnet, je feuillette un de mes livres, j’en dispose un debout pour que l’on voie bien le titre… quelle jolie couverture ! Comment est-il possible qu’elle ne capte pas tous les regards ?
Je consulte mon gsm, je prépare mon stylo, j’imagine le texte des dédicaces… bref je deviens nerveux.
Oups, voilà un homme qui s’approche. Je lui souris le plus naturellement possible et mon sourire reste coincé sur son « Où se trouvent les toilettes ? ».
Je réponds que je l’ignore et il se barre.
Ah, voilà une vieille dame qui ralentit. Je m’enhardis et lui demande ce qu’elle aime lire. Elle balaie la table d’un regard dédaigneux et me lance, lèvres pincées : « Je ne lis que les grands auteurs ». Re-gloups.
Les gens continuent de parcourir l’allée devant moi, certains sans un regard, d’autres dégoûtés comme s’ils découvraient des boudins graisseux dans ce temple du Livre. Où est l’erreur ? C’est moi qui n’ai pas l’air d’un vrai écrivain ? C’est mon livre qui n’est pas assez gros ? C’est le titre ? La couverture ? Le nom de l’auteur ? De la maison d’édition ?
Devant mon air dépité, ma voisine, une jolie jeune femme que je n’avais pas remarquée, n’ayant d’yeux que pour ma merveille, se penche vers moi et murmure : - C’est votre première fois ?
- Heu, oui. Et vous ?
- Oh moi, j’ai l’habitude. C’est mon dixième ouvrage.
- Ah bon ? Et vous vendez bien ?
- Pas plus que vous. Faudra vous y faire.
- Et pourquoi certains dédicacent à tour de bras ? Regardez, là, il y a foule devant une table.
Ma consoeur rit en haussant les épaules.
- Evidemment ! C’est Amélie Nothomb !
Nous avons sympathisé, et pendant que nous parlions, des passants prenaient nos livres en mains, les jaugeaient, et puis s’en allaient pour ne pas nous déranger.
Je n’ai rien vendu mais j’ai rendez-vous demain avec Isabelle.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Séverine Baaziz 20/03/2016 20:49

Un rythme prenant et une habile restitution de l'état d'euphorie intérieure... Le bonheur ne serait-il pas qu'une histoire d'enthousiasme ?

M-Noëlle Fargier 20/03/2016 18:05

Comme Micheline, j'aime beaucoup la chute. Mais par contre, je me demande si Isabelle a acheté un livre le lendemain ? :)

Jean-François Foulon 20/03/2016 20:03

Non, elle ne l'a pas acheté puisque le héros de l'histoire le lui aura lu sur l'oreiller.

Philippe D 20/03/2016 14:44

Plutôt traumatisantes, les séances de dédicaces, jusqu'ici !
Si aucun livre n'est vendu, les rencontres sont toujours intéressantes, c'est déjà ça !
Et puis si Isabelle est jolie et prête à une nouvelle rencontre, pourquoi pas?

Pâques 20/03/2016 13:54

Très amusant, une belle description de cette ambiance particulière des salons du livre !!!

Jeanne R. 20/03/2016 13:54

Deux leçons à tirer : Savoir rester humble et garder toujours le sens des priorités.

Jeanne R.

Jeanne R. 20/03/2016 13:54

Deux leçons à tirer : Savoir rester humble et garder toujours le sens des priorités.

Jeanne R.

Roland Smout 20/03/2016 13:41

Je m'y croirais, tiens! Très chouette à lire, belle chute en effet. Sauf si Isabelle s'y est tordu la cheville :-)

silvana Minchella 20/03/2016 12:40

Papoter avec les voisins de table fait passer le temps. Souvent, nous nous échangeons un livre pour avoir le plaisir de dédicacer un exemplaire...

Jean-François Foulon 20/03/2016 10:45

Sans avoir eu personnellement de rendez-vous avec une charmante Isabelle, comme le héros de ce récit, je peux dire tout de même que le plus agréable dans ces salons du livre, ce sont les rencontres que l'on fait entre écrivains (et c'est déjà beaucoup).
Beau texte bien mené.

Micheline 20/03/2016 09:33

Jolie chute !

Edmée De Xhavée 20/03/2016 08:38

Presque un conte philosophique :) ... "Je ne lis que les grands auteurs" a été servi aussi à quelqu'un que je connais. Avec ce ton suffisant d'une grande ignorante qui aime suivre le sentier de tout le monde pour dire oui oui oui dès qu'on lui en parlera. Et bien sûr; cette transparence... nous l'avons tous vécue. Le don de l'invisibilité. Mais il faut "y être", ça fait partie du jeu... J'espère que le rendez-vous avec Isabelle a été agréable...

Christian Eychloma 20/03/2016 08:01

Tout à fait ça... L'impression - au mieux - d'être transparent, au pire, le mépris affiché de certains ! :D Mais quand même, ici, un "happy end" !!!

Jean Louis Gillessen 20/03/2016 01:12

Ha, quel humour ! Et le ton juste, l'amenée de l'ambiance, des atmosphères, la peinture des gens et de leurs attitudes, les questionnements de l'auteur, les quelques dialogues, et la finale telle une cerise sur le gâteau, ... le tout rend cet épisode fort agréable à lire, ... et, je l'avoue, retient jusqu'ici ma préférence !