Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Reflet, une poésie de Laurent Dumortier dans le Soliflore n°35

26 Janvier 2016 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Poésie

Reflet, une poésie de Laurent Dumortier dans le Soliflore n°35

LA REVUE NOUVEAUX DELITS

Revue de poésie vive et dérivés - sommaires, éditos, quatrièmes de couverture des numéros parus

31/12/2015

Soliflore n°35 - Laurent Dumortier

Le reflet

Demain n’est pas encore arrivé

Qu’il est hypothétiquement passé,

Tu vois…

Mes yeux ne voient plus d’hier

Qu’un monde sans couleur

Même la lumière

A perdu sa splendeur…

Tu me demandes de rester,

De ne pas basculer

Mais je crois que le monde s’en fout

S’il ne reste qu’un reflet après tout…

Je suis si près du bord

Le vent souffle si fort

Je suis si bien…

Encore un pas de plus

Et je ne sentirai plus

Que le froid du bitume

Accueillant mon amertume…

Tu me demandes de rester,

De ne pas basculer

Mais je crois que le monde s’en fout

S’il ne reste qu’un reflet après tout…

S’il ne reste qu’un reflet après tout…

S’il ne reste qu’un reflet, après tout

C’est peu et c’est déjà beaucoup…

Tu me demandes de rester,

De ne pas basculer

Mais je crois que le monde s’en fout

S’il ne reste qu’un reflet après tout…

Laurent Dumortier

http://gsl.skynetblogs.be/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Roland Smout 26/01/2016 20:18

Désespoir tellement bien traduit, à quoi bon, pour qui continuer ? sentiment que seul celui ou celle qui demande de rester peut répondre... et qu'un seul de ses mots peut tout faire basculer. C'est beau, c'est un poème qui ne laisse pas indifférent.

Marcelle Dumont 26/01/2016 16:04

Laurent, je retrouve ici ta mélancolie, ton désenchantement, une forme de pessimisme... que je comprends très bien. Il n'y a pas d'amour heureux, disait Aragon.

Pâques 26/01/2016 15:41

Un rythme lancinant qui interpelle ...

Edmée De Xhavée 26/01/2016 09:12

Heuuuuuuuuuh... J'aime vraiment beaucoup ce poème, mais qu'il est... non pas vraiment triste mais il y a quelque chose de triste entre l'indifférence du narrateur et la demande de l'autre... "reste"...