Christine Brunet a lu "A l'ombre des désirs" de Jeanne R.

Publié le par christine brunet /aloys

Christine Brunet a lu "A l'ombre des désirs" de Jeanne R.

J'ai rencontré Jeanne R., l'auteur, lors d'un interview pour Actu-tv (voir la séquence après la chronique). A l'époque, je n'avais pas encore lu son roman... Voilà, lacune comblée... Il est lu en gardant à l'esprit les explications de l'auteur, ses remarques, son univers... parce que cet auteur évolue dans un univers baroque dont elle se nourrit et nourrit ses personnages.

"A l'ombre des désirs" nous propose une rencontre, celle de Louise, un personnage hors du temps mis face à ses contradictions, face à ses questionnements sur l'existence.

Les jours passent... J'ai lu ce texte il y a plus d'un mois à présent. J'aime voir ce qu'il me reste d'un roman (quel qu'il soit) au fil du temps. Louise s'est effacée mais les questions subsistent. Louise n'est plus qu'un prétexte, une pensée qui papillonne autour de notions qui interpellent l'Humain que nous sommes.

Louise affamée de vérités, se heurte à sa faim inextinguible, insatiable.

Pour avoir rencontré Jeanne R., Louise me semble être son reflet avec cette façon enthousiaste de s'envoler avec les mots et les idées. D'ailleurs, par moment, l'auteur passionnée de sens, - comme Louise -, semble faire l'amour aux mots. Amour/Amitié, amour courtois, amour charnel, désir d'une quête de quelque chose qui n'existe pas ? Louise s'envole au fil de ses pensées à l'image de cette phrase pour moi emblématique :

" De digressions en digressions, ses pensées voltigeaient comme les ailes de l'oiseau en plein ciel, ivre de soleil" (P35).

Le style ? Je dirais qu'il a un côté désuet, atypique pour de la littérature contemporaine.

Je ne parlerais pas de style "classique" parce que pour moi, un style "classique" est un style littéraire, plus 20e, porté par des auteurs comme Gracq, Camus voire Sartre par exemple. Jeanne R. ne colle pas à cette structure stylistique, loin s'en faut. Elle propose aux lecteurs une écriture plus "19e", cohérente avec son texte.

Néanmoins, attention, je ne crois pas que parler d'un style désuet soit un point négatif... Je crois que son style colle tout simplement à son univers. On peut adhérer ou pas, comme on peut adhérer ou non à son texte. C'est un tout, c'est simple.

Alors l'histoire ?

Je n'ai envie ni de parler plus de Louise si même du sujet du roman : il faudra lire !

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Christine Brunet a lu "A l'ombre des désirs" de Jeanne R.Christine Brunet a lu "A l'ombre des désirs" de Jeanne R.Christine Brunet a lu "A l'ombre des désirs" de Jeanne R.

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jeanne R. 14/03/2016 12:39

Je remercie avec chaleur Christine Brunet d'être venue dans ma capitale à moi, Lyon, pour cette interview.
Christine n'avait pas encore lu "A l'ombre des désirs" et moi j'avais en tête le fantôme d'un autre roman dont la saison de l'automne aura la faveur de l'histoire, roman lié à mon autre apparence parce que, sous mon air absent, de singulière je suis passée à plurielle...
Aujourd'hui étant un autre jour, en me lisant Christine a eu la délicatesse de mettre en lumière ce récit romanesque fait de mille pensées et dans lequel il est dit que "le seul chemin qui ne soit pas une impasse est le chemin qui mène au cœur" ; alors je me permets de rajouter que ce fut un plaisir très charmant d'échanger des mots et des points de vue littéraires comme de recevoir Christine dans mon univers baroque où le rouge et le noir sont les personnages de ma maison, comme l'esprit et l'amour sont les personnages de mes livres.
Bien à elle,
Jeanne R.


PS : Un clin d'oeil à Edmée de Xhavée, car votre nom de plume, qui n'a rien de désuet est décidément très beau.

Edmée De Xhavée 14/03/2016 08:53

Pour moi un style "désuet" sans être démodé parce que le thème ne l'est pas, ça peut être très agréable. J'aime le beau vocabulaire, j'aime que le passé reste inscrit dans le présent par ses mots, ses habitudes de tournures... Ca me plait!