Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Jean-François Foulon a lu " Ailleurs est un pays aux rivières lentes" de Joël Godard

9 Décembre 2015 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture

Jean-François Foulon a lu " Ailleurs est un pays aux rivières lentes" de Joël Godard

Je termine à l’instant le petit recueil de poèmes de Joël Godart et je veux mettre par écrit mes impressions tant que je suis sous le charme. On sait comment cela va : si on attend trop longtemps, on intellectualise, on raisonne, on fait de beaux développements savants, qui sont sans doute fort pertinents, mais on n’a pas rendu l’âme des poèmes, autrement dit ce qui nous a fait vibrer en tant que lecteur. Or justement ceux-ci m’ont parlé et pas un peu. Il s’agit de poèmes courts, qui développent en quelques vers libres les thèmes de l’amour, du temps qui fuit, de la mort, mais surtout du rêve. On sent que pour l’auteur écrire est une manière d’atteindre une sorte d’éternité, celle d’un monde onirique bien meilleur que celui dans lequel il nous faut vivre :

Par mes songes je suis ailleurs.

Ce qui ne veut pas dire que notre poète soit triste. Non, du tout, mais il cherche dans cet « ailleurs » un équilibre intérieur. La femme tient évidemment une place de choix dans cette poésie et l’amour que le poète éprouve pour elle est précisément une manière d’atteindre ce monde magique et transcendant :

Femme aux doigts légers ta parole enflamme le monde

La femme est en elle-même tout un univers qui fait rêver et qu’il s’agit d’explorer pour donner un sens à sa vie :

Mes mains sur ton corps avancent en arabesque

Sur ton flanc aux pentes douces mes mains sont en voyage

La femme est donc bien une terre inconnue que l’on découvre avec émerveillement. Sa douceur seule semble nous apaiser de nos angoisses et nous ouvrir les portes de la beauté du monde.

Outre les nuages qui eux aussi font rêver, la mer est un autre thème récurrent, avec des images parfois étonnantes et très belles :

Le matin nous trouvait allongés sur la plage

La mer couchée à nos pieds

Entre la mer et les nuages, il y a les oiseaux, qui dominent le ciel et qui semblent les seuls à être capables de planer et de découvrir le pays des rêves. Le poète se transforme d’ailleurs parfois lui-même en oiseau, pour mieux entrer dans ce monde onirique, monde qui renvoie à l’Eden et au paradis perdu. Car ce sont ces sphères éthérées que cherche le poète, même s’il s’interroge lui-même sur sa démarche :

Que cherches-tu, qui soit si difficile à trouver ?

Ce paradis, pourtant, n’est pas toujours imaginaire. Non, il semble parfois se trouver derrière nous, dans ce que l’on a vécu autrefois (l’enfance ?) et c’est par la mémoire qu’on tentera alors de le saisir :

Aller dans les souvenirs

Le filet des rêves à bout de bras

Comme un nageur à contre-courant

Pourtant l’auteur sait que devant lui, au bout du temps, se dresse la mort. Et c’est elle, sans doute, qu’il tente de fuir avec ses mots, pour dire ce qui fut ou ce qui aurait pu être.

Dans les poèmes de Joël Godard, il y a la nuit, mais aussi des aubes aux reflets bleus, qui viennent nous consoler.

Il y a de l’humour aussi, mais un humour qui renvoie au thème de l’écriture, comme ici :

Le petit homme a grimpé

Sur le rebord de l’encrier

Il m’a tiré sa révérence

Puis a tourné le dos et a plongé

Deux gerbes bleues ont salué son départ

Bref, quand on voit tous les thèmes abordés, on se dit que ce petit recueil, en quelques pages, a fait le tour de tout ce qui était essentiel. Il faut le lire, absolument et découvrir cet « ailleurs » qui était déjà annoncé dans le titre du recueil.

Jean-François Foulon

Jean-François Foulon a lu " Ailleurs est un pays aux rivières lentes" de Joël Godard

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Louis Gillessen 10/12/2015 01:30

Juste commentaire d'Edmée, des mots justes par toi déposés, Jean-François, alentour de Joël et de ses poèmes. Belles subtilités et frémissements des essentiels, comme tu dis, JF. Et l'imaginaire de vagabonder, de se créer à son tour et se recréer des images, des impressions, nées au travers des phrases et mots lus, choisis par l'artiste. Bravo Joël.

Edmée De Xhavée 09/12/2015 08:33

Les thèmes éternels et que bien des poètes nous présentent avec une plume différente qui a le don de nous surprendre. Oui, c'est bien ça. Et ça aussi... et encore ça.