Patrick Beaucamps nous propose un poème extrait de son nouveau recueil "Quand les vagues se retirent"

Publié le par christine brunet /aloys

Patrick Beaucamps nous propose un poème extrait de son nouveau recueil "Quand les vagues se retirent"

Mercredi après-midi

Dans la salle d’attente du dentiste

des revues traînent sur la table basse.

J’en survole au hasard et remarque

qu'elles datent toutes des années passées.

C’est rassurant en quelque sorte.

Tous ces faits qui ne surviendront plus.

Ces attentats et catastrophes qui

ne toucheront plus personne.

Un bref instant, je repense aux magazines

que je feuilletais d’une main et

que l’on se refilait entre internes

le mercredi après-midi.

Toutes ces filles sur papier glacé

qui me tenaient compagnie !

Que sont-elles devenues ?

Elles ont vieilli, sans aucun doute.

Sont devenues mamans

ou grands-mères même.

Leurs corps se sont fanés, flétris.

De vieilles personnes aujourd’hui !

Pire encore pour certaines.

N’ayons pas peur des mots :

des mortes.

Patrick Beaucamps

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La patate bouquine 09/11/2015 17:06

C'est un très beau poème !