Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Marie-Thérèse Carlier se présente...

20 Juillet 2015 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #présentations

Marie-Thérèse Carlier se présente...

Marie-Thérèse Carlier est née au Pays Vert (Ath), tangent au Pays des Collines d'un papa ex-prisonnier de guerre et d'une mère-courage...

un frère de 11 ans son aîné, dont on imagine les facéties, avec la "petite", sujet idéal... quand les parents vont vendre les produits issus de 2 grands jardins (papa jardinier), l'adolescent de 15 ans se rit des réactions de la benjamine... un vent de rébellion se met à souffler dans le coeur de la fillette...

Les 10 premières années de M-Th sont heureuses dans ce bout de village incrusté dans les bois: une chapelle, une école , toutes classes réunies dans un seul grand bâtiment :

Pas de maternelles, en primaires directement (5,5 ans), mais le bonheur de découvrir la lecture, les mots, et d'en faire son fer de lance, un grand amour dans ce bois, le Carmois (terrain de jeux, de lecture, puis d'études) où elle est "chez elle"...une seule amie, sa jumelle de coeur, qui s'envolera à son retour, 40 ans plus tard, l'année où elle revient au Pays des Collines...la faute à "pas de chance" ???

Sa famille est modeste, mais cultivée (journaux, radio, livres...) elle n'en joue pas, la chance de se développer littérairement l'emporte sur les manques à gagner de ses parents : elle fait des Humanités modernes, et mettant ses pas dans ceux de son aîné, choisit "scientifiques A", paradoxe car elle une littéraire, mais à l'époque, pas d'autre choix.

A 17,5 ans, se voit refuser l'accès à l'Université, décision irréversible de ses parents, par souci d'équité envers son frère, un cycle supérieur pour chacun mais pas d'Université...

Et la rebelle de décider de faire des études scientifiques ( chimie industrielle) ; elle découvre une "multinationale américaine" et y devient technicienne ( sur le front, le T de technique) en parfumerie. 8 ans plus tard, elle quitte un emploi en inéquation totale avec les 4 années d'études, pour lesquelles ses parents se sont serré la ceinture. et c'est le chômage...

Entre-temps , fonde une famille, éclairée par 2 filles, elle en assure l'éducation et l'instruction, car papa indépendant, 10h de travail/jour...

Elle habite une commune flamande des environs de Bruxelles, y être demandeur d'emploi est si difficile, elle reprend des études de langues, et ...exerce ses facultés dans des missions "intérimaires", profil bas, apprentissage du travail de remplacement très vite. intérims, chômage, en alternance...

Retrouve un emploi à la Police de Bxl, en immersion dans l'immigration (but : rapprocher police et immigrés)...

Ce contrat, elle le veut, pour redonner un sens à une vie professionnelle bien terne : l'obtient : quelques années de "revalorisation" dans un contexte difficile mais si intéressant, si humain, jamais d'insultes...

Elle "vit" la mise en vente de l'appartement familial : plus d'hésitation : les filles, toutes 2 diplômées (tourisme et assistant social) trouvent un logement en propriété, l'une un appartement, l'autre une maison et...nous, les parents reviennent vers leurs racines : le Pays des Collines...

2 ans de "manque de la présence des filles" : triste, si triste... s'inscrit dans un atelier de peinture, dessin, etc... qui ne lui parlent pas, demande à écrire un texte, la responsable l'encourage dans ce sens, lui trouvant une certaine aptitude...dans l'écriture.

Elle ne s'arrête pas, un second souffle (l'amour des mots peut enfin s'exprimer) en 2010, "tombe en poésie", et l'ébauche d'Impala se façonne...

Elle réunit =/- 30 poèmes, découvre "chloé des Lys", maison d'édition ouverte à tout écrit en français, et "édition gratuite", envoie ses poèmes, sait que l'édition de poèmes se forge lentement, et, à ce jour est acceptée chez Chloé des Lys, une chance inouïe, jamais imaginée dans ce long chemin parsemé d'ornières qu'elle vit depuis si longtemps.

Heureuse de se réaliser, dans une vie pas enviable du tout professionnellement et même privée, elle laisse son passé dans un coin de sa mémoire, aidée par une résilience retrouvée. Chloé des Lys est un élément porteur, M-Th lui offre un énorme bouquet de "merci" et la recommande à tous ceux qui voudraient tenter l'aventure de l'écriture et surtout de l'édition, gratuite, c'est unique en nos temps où l'argent gère trop d'éléments, nous domine trop souvent, l'équipe de bénévoles qui réalisent toutes les étapes "mouillent leur chemise", aussi rare de nos jours.

Pas de basse flatterie pour ces gens "hors du commun" qui ouvrent un accès à l'édition gratuite, oui, il y a du boulot à réaliser du côté "auteurs" pour l'édition, c'est normal, et c'est une expérience qui amène des inconnus comme M-Th (il y a la phase informatique, un peu plus compliquée pour l' ignare qu'elle est, et là, Chloé des Lys met un tas d"outils" à disposition, et l'aide "informatique" d'un ami l'a beaucoup aidée) à réaliser un "livre" : génial, non ???

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rolande Quivron 21/07/2015 10:29

Bienvenue à la petite gazelle si fragile et si forte à la fois !
Titre tout en symboles.
Etrangeté des coïncidences : père ex-prisonnier de guerre tout comme le mien ! J'avais huit ans lors de son "rappel sous les drapeaux" ....

Edmée De Xhavée 21/07/2015 08:40

Une vie, quoi... avec des rêves, des souvenirs, des tournants en épingle à cheveux, des plages de bonheur, de la révolte ici et là, et surtout l'envie de vivre ce parcours malgré tout, et le fourmillement des doigts qui veulent écrire...

Jean-Louis Gillessen 21/07/2015 00:53

Oui, " génial " ! La résilience en effet semble bien habiter Marie-Thérèse. Quel parcours original, certes semé de souffrances, mais surtout de réactions contre le courant qui voudrait l'amener vers la descente, de réactions pour la mener sur les chemins d'ouverture à ses envies, à ce si beau titre ... Impala. Que de symbolique ! Bravo à cette Dame !