"2401", le nouveau thriller de Bob Boutique : un interview à l'image du titre...

Publié le par christine brunet /aloys

Qui ne le sait pas encore ? Bob BOutique vient de publier son secont roman, un thriller au titre biscornu... non étrange qui ne peut qu'interpeller "2401"... Ne me demandez pas ce qu'il cache, j'ai juré le secret à Bob... Donc, motus !

Bien entendu, on ne présente plus Bob Boutique ! Ses "Contes bizarres", son "Dix petites négresses" ont connu un beau succès. Je tiens le pavé entre mes mains et j'en observe la première de couverture, tout aussi mystérieuse que son titre.

J'ai lu le roman de plus de 400 pages, dévoré devrais-je plutôt dire. Un second roman policier (je vous rappelle que "les 10 petites négresses" en était déjà un), mais différent dans son écriture et son approche.

Du coup, j'ai demandé quelques précisions à Bob qui, une fois n'est pas coutume, s'est fait tirer l'oreille... Aurait-il pris le virus du mystère ?? En tout cas, certaines de ses réponses ont été laconiques (c'est le moins qu'on puisse dire) !

Bob, ma première question sera très claire... "2401" est-il un nouveau recueil de contes très bizarres ou un roman policier ???

Un thriller.

Les recueils de contes bizarres, c’est fini. Ca m’a beaucoup amusé et ça m’a surtout permis d’apprendre mon métier… J’ai encore cinq ou six contes dans les tiroirs qui sortiront peut-être un jour ou l’autre, histoire de ne pas gâcher, mais comme ça… sans ambition particulière.

La vérité est que je n’étais pas certain de pouvoir écrire un roman. Avec « Les dix petites négresses » qui totalisent quand même 150 pages, je suis arrivé à me convaincre que si.

Alors j’ai foncé, j’avais un scénar pas possible dans la tête, je me suis assis devant l’ordi et  j’ai tapé, tapé, tapé jusqu’au mot fin pour constater avec étonnement que j’avais rempli 430 pages.

Bon pour être tout à fait honnête, ça été un peu plus compliqué que ça puisque je t’ai envoyé mes épreuves et que tu m’as fait recommencer des chapitres entiers. Mais pas pour modifier l’histoire, non uniquement parce que, ici et là, y avait des trucs trop longs ou pas clairs… je dois avouer que ça m’a parfois cassé les pieds, mais en fin de compte, je reconnais que tu avais presque toujours raison.

Je précise « presque toujours », car tu as voulu modifier ma dernière page et que là,  j’ai dit non. On demandera au lecteur ???

Si tu veux mais cette fin... Enfin, l'auteur crée, il décide pour ses héros, n'est-ce pas ! 

Une cover de plus en plus noire... voulu ?

Ben c’est voulu, et tu en sais quelque chose puisque c’est toi qui me l’a créée ! Le sujet est tellement étonnant et inattendu qu’il fallait trouver une photo qui ne donne pas le moindre indice, sinon qu’il s’agit d’un thriller et qu’on sera, par conséquent,  très loin d’une séquence des télétubbies.

Ceci dit, mes polars ne seront jamais tout à fait noir comme dans tes bouquins et ce pour deux raisons…

Un, je n’arrive pas à écrire dix pages sans glisser une connerie au passage, un peu comme Magerotte. Rien à faire, impossible de rester tout à fait sérieux… "2401" grimpe en intensité et finit un peu comme l’enfer de Dante, mais mes personnages trouveront toujours au passage, même dans les pires moments, une blague pourrie à partager… C’est comme ça.

Deux, je m’attache à mes personnages car ils sont rarement des super héros. Ni d’ailleurs des super méchants… même s’ils font ou participent à des choses horribles, je n’oublie jamais qu’il furent un jour, bons comme mauvais, de petits bébés qui riaient aux éclats dans les bras de leur maman.

Un "rousseau-iste" en quelque sorte… L’homme est bon par nature ??? Donc tu es un optimiste forcené ! Mais tes personnages te ressemblent-ils ? J’en doute ! Ils sont vils, mesquins, intéressés, meurtriers… Ils furent « propres » sur eux jusqu’à ce que tout bascule et révèle leur véritable nature…

L’ homme n’est ni bon ni mauvais par nature. C’est la vie et les circonstances qui en font ce qu’il devient.  Ce n’est pas une source qui s’écoule par gravité de manière automatique et irréversible vers le bas. NON, je crois que nous avons tous un contrôle sur notre devenir…  même s’il existe des atavismes pesants.

Ceci dit, je crois effectivement que chacun de nous peut être parfois vil, mesquin, intéressé, voire meurtrier, oui, et j’ajouterai même qu’il doit forcément y avoir quelque chose de moi dans mes personnages…

Allons jusqu'au bout : roman policier ? Thriller ? Est-ce que ça fait peur ? 

Les deux.

Roman policier, car il y a, dès la première page, une enquête à mener, d’abord pour le lecteur puis par la police… Mais thriller aussi, car plus ça avance, plus ça devient inquiétant, voire limite…. Si je pouvais résumer sans lâcher la moindre info, je dirais « est-ce qu’une telle chose est vraiment possible ? Ben oui, ça l’est ! »

C’est pourquoi je demande instamment, à genoux et les mains jointes, à toutes celles et ceux qui l’auront lu, de ne rien dévoiler à leurs proches et amis, même pas à demi mots… pitié !

Ben il est vrai que ce serait dommage de révéler le scénario tant il est surprenant et… prenant !

 

Comment tu expliques cette évolution littéraire entre "Contes bizarres" et "2401" ?

J’explique pas sinon que j’ai voulu faire comme toi. A force de lire tes thrillers je me suis demandé si je serais capable d’en faire autant. Un peu de jalousie peut-être…

Je crois plutôt que tu aimes relever les défis…

 

Tu me donnerais quelques infos sur l'histoire (parce que ta 4e de couverture ne dit rien du tout) ? D'ailleurs, tu crois que c'est une bonne chose de ne rien livrer aux lecteurs en 4e alors que, justement, les lecteurs choisissent d'acheter un bouquin en lisant le synopsis ?

Non, pas question. Un seul mot, une seule allusion et le lecteur risquerait de perdre le plaisir inattendu du livre… tout ce que je veux bien effleurer, c’est que ça commence mezzo mezzo  dans un petit village des Ardennes, tout ce qu’il  y a de plus mignon, gentil et touristico-convivial…après…2.401 ça peut être le nombre de centenaires belges, le code de la valise samsonite que j’emporte en voyage… faut lire.

Allez, essaie ! Quelques lignes pour émoustiller le lecteur, lui donner ENVIE de lire 2401…

Bon, un seul mini indice : apprenez à calculer.

 Je vous l'avais dit !!! Impossible de lui tirer les vers du nez ! D'accord, donc... Parle-moi des personnages ? Possible ?

Impossible. C’est un roman  choral. Au début, il y a beaucoup de monde qui s’agite, puis ça se décante petit à petit… Toutes et tous sont des gens comme toi et moi, ni plus ni moins et puis… quand ça commence à se corser, chacun réagit comme il peut. C’est dans le chaos que les gens se révèlent.

 

Là, franchement, Bob, tu exagères !

Voyons... 2401 est-il un thriller classique ? Fantastique ? Pour toi, que doit proposer un roman policier ou un thriller aux lecteurs ? 

Classique ?  Probablement pas. Fantastique ? Oui et non car je maintiens… tout ça reste possible. Pour le reste, je ne me pose pas du tout ce genre de questions…  j’ai une imagination débridée et souvent elle fout le bordel dans ma tête… Alors, j’essaie de la tancer, de la modérer… Mais comme c’est une femme, c’est toujours elle qui gagne. Au fond,sous mes dehors de matamore,  je suis une petite chose fragile.

Mouai…Si tu le dis... 

Quelle différence entre les 10 petites négresses et 2401 ? Le rythme ? L’ambiance ? L’écriture ? (le nombre de pages, ok, c’est dit…)

 

Ben, réflexion faite, il n’y en a pas en dehors du nombre de pages… (Pas d'accord : ce roman est encore plus abouti, le rythme plus rapide, plus original que le précédent) le mystère plane sur le bouquin du début jusqu’à la fin et ce n’est que dans le dernier chapitre qu’on commence à deviner l’incroyable… Si vous feuilletez la fin avant de commencer, laissez tomber. Ce livre n’aura plus aucun intérêt.Je suis d'accord, là... Avis aux lecteurs impatients : franchement, ce serait dommage...

Pour le reste, le rythme, le style, l’ambiance… ben c’est moi. Avant d’être un écrivain je suis un conteur et j’écris comme on parle, comme si je te racontais cette histoire à table devant un steak au poivre tout en versant de l’eau minérale… Rien à voir avec Proust ou Marguerite Yourcenar.

Je fais de grands gestes quand j’explique, comme les gens du sud, et je joue toutes les émotions sur mon visage comme un acteur… Suis un peu cabotin, j’aime bien capter l’attention et gaffe… Bien capable ce faisant de renverser ton verre de vin sur ta nouvelle robe ! 

Ca, je n'en doute absolument pas !!!!

 

Pour ceux qui voudraient retrouver l'univers de Bob Boutique en dehors, bien entendu du site d'Actu-TV, un nouveau site est en cours d'élaboration : http://www.bob-boutique.com

Merci, Bob, pour toutes ses précisions ! A te lire encore et encore parce que je sais que tu en as déjà un autre en tête ! 

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Publié dans interview

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La patate bouquine 14/09/2015 18:56

J'ai brûlé des spaghettis en lisant ce stupide livre!!! ( Bon, il n'est pas si stupide que ça, mais voilà.)

Si vous lisez ce commentaire et que vous n'avez pas lu 2041, c'est une honte. C'est le deuxième thriller qu j'ai lu de ma vie, et aussi le meilleur.

Alors, quitte à brûler votre maison, lisez ce livre !

Philippe D 09/09/2015 21:43

400 pages, ça compte!
Je le lirai quand je serai retraité en 2031 ! A moins que ... lors de vacances...

Christine Brunet 09/09/2015 13:28

Un fan de plus !

Jean-Louis Gillessen 09/09/2015 13:03

Sur les qualités multiples de 2401, avis unanimes : c'est " the " thriller. Je l'ai prêté à trois personnes déjà (pâââs bien, ils devraient l'acheter), l'adhésion est enthousiaste et commune ! Plus tous les avis et critiques sur FB, sur le forum, et ailleurs : 2401 déchire ! Bravo également pour la pub original, à l'image de Bob. Ce que plusieurs ne savent pas, c'est que Bob est un grand philosophe (oui, je ne suis pas dans l'ironie, suffit le lire ses propos ci-plus haut et ailleurs, ainsi que au travers de ses lignes/2401 et autres livres), un grand malabar au cœur tendre, généreux et fragile tant que fortissime, une belle personne dynamique (nous le savons toutes et tous) qui véhicule un imaginaire riche et vif qu'il ne garde pas pour lui seul, un coffre au trésor d'idées fulgurantes, de réparties typiques et singulières bien à lui, et, comme le clown triste, un véritable éventail de clins d'oeil et de phrases emplies d'humour bobitique boutiquien,
dont jamais l'on ne se lasse. Et d'autodérision en dérision tout court, Bob percute, hyper juste, cible bien, pétille sans cesse par l'oeil et sa plume, par tout son être et son tempérament, il nous atteint, nous touche et nous séduit, car il partage son talent alentour, il transmet justement la justesse de son monde, de son univers imaginaire, de ses personnages attachants, ... du Bob Boutique cash, quoi ! Parfois bougon ? Oh, si peu ....
J'oubliais : lire 2401 est un passage obligé pour les fans de roman policier, et pour tous les autres qui souhaitent lire un très bon livre, se distraire, souhaitent ... se dérider, se passionner, se sentir vivre ! Faites l'acquisition de 2401, lisez-le, Bob Boutique vous apporte le tout sur un plateau en 450 pages, qui défilent à 100 à l'heure ! Et je ne serais pas étonné si quelque réalisateur ait l'envie d'adapter ce livre à l'écran. Tout y est pour faire une belle toile !

Edmée De Xhavée 09/09/2015 08:43

Et comme ça se sait désormais, moi aussi j'ai plongé dans l'univers quelque peu épouvantable mais non dénué de tendresse (il y a un bulldog particulièrement câlin et pas baveux...) de Bob. On s'embarque pour de fameuses surprises et ça ne s'arrête qu'à la fin qui a des accents de... à suivre!

Christine Brunet 09/09/2015 07:38

Son héros serait alors son contre-pied... Gros bras mais loin d'être macho !

Carine-Laure Desguin 09/09/2015 07:16

Il se dit que la femme qui lit ce truc se sent obligée d'épousseter de repasser de nettoyer de ranger. Je me méfie. Encore un truc lancé par un macho.