Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Concours "Les petits papiers de Chloé" texte 9

28 Juin 2015 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #concours

Combat de l’une, combat de l’autre

Au troisième étage d’une tour qui en compte nonante-neuf, une mère et sa fille. Toutes deux regardent par la fenêtre. La mère, debout, tient dans sa main droite une tasse de café. La fille est assise, faussement reelax, sur l’appui de fenêtre, tantôt elle se tourne vers sa mère (elle cherche chez elle une quelconque réaction), tantôt elle jette un regard victorieux sur la foule en délire.

La mère. Ces manifs me tuent. La ville est en sang. Les gens sont fous. Ecoute-les ! Regarde-les !

La fille (moqueuse). Demain, la loi sera votée. Ce progrès, c’est le tien.

La mère. La loi sera votée…

La fille. Comment ? Tu n’as pas l’air de te réjouir de cette réussite ? Ma réussite. C’est moi, ta fille, c’est moi qui ai concocté dans ma propre cervelle cette petite trouvaille…Tu vois, tu as eu raison de t’investir dans mes études ! Le jeu en valait la chandelle ! Je suis le fruit de ton éducation, maman…A quoi penses-tu donc à l’instant, là, tout de suite?

La mère (nostalgique). Le jour de ta naissance. Le plus beau jour de ma vie. Je pense à toutes ces femmes qui désormais ne connaîtront pas cet instant. Par ta faute. Par la mienne aussi, en quelque sorte…J’étais si fière de ton intelligence, de tes années d’université, de tes réussites, de tes succès dans cette biologie expérimentale, de ces bourses que les états du monde entier accordaient à ta fondation, de tous ces chercheurs qui bossaient des heures et des heures, pour toi, pour tes travaux. J’étais si fière de tout ça…

La fille (avec sarcasme). Je ne comprends pas pourquoi aujourd’hui, tu remets tout ce travail en question. C’est un grand pas en avant pour la cause féministe, maman ! Le féminisme, le combat de ta vie !

La mère (ne répond pas à sa fille, ne tourne pas la tête vers elle non plus, son regard est fixé vers la foule). Je pense à toutes ces familles qui seront plongées dans des discussions sans fin…Il y aura des séparations, des amours avortés. Des femmes seront privées de ça, donner la vie…

La fille. Les hommes sont demandeurs ! C’est pour eux que ces recherches ont abouti !

La mère (haussant le ton). Il y a des massacres en bas de nos fenêtres ! Le sang éclabousse les murs de la ville ! Et tu restes sur ta position ! Combien de morts as-tu provoquées depuis l’annonce de cette « découverte » ? Des gens se sont entretués pour ne pas que cette loi soit votée ! Et ces enfants nés dans de tels utérus seront-ils encore normaux dans cinquante ans ? Et ces enfants-là, comment enfanteront-ils, eux ?

La fille. Mes résultats sont infaillibles, c’est certain. Et d’autres chercheurs prendront la relève. Moi, basta.

La mère. Tu m’effraies, ma fille, tu m’effraies. Tout m’effraie en toi. Ton assurance. Ta détermination.

La fille. Mon assurance, ma détermination ! Justement des qualités, d’après toi ! De belles qualités pour une femme, disais-tu ! Désormais, je vivrai ma vie. Et pas la tienne.

La mère (toujours le regard rivé vers la foule en délire). Je voulais que tu sois indépendante, que tu ne dépendes pas d’un mari…

La fille. Aujourd’hui, avec ce progrès gigantesque et cette loi votée, c’est une guerre que les femmes ont gagné ! TA guerre ! Les demandes affluent déjà dans les cliniques ! Dans neuf mois exactement les premiers enfants issus de ces utérus verront le jour. En fait, chère mère, c’est TA réussite. Tu ne voulais pas une fille, tu voulais un cerveau !

La mère (résignée, laissant tomber sa tasse de café et ne la ramassant même pas). J’avais lu Huxley, lorsque j’étais adolescente. Tous ces enfants dans des tubes, cela m’attristait. Ce matin, des manifestants se tuent sous mes fenêtres. Parce que les recherches scientifiques de ma fille ont abouti. Des embryons grandiront dans des utérus implantés chez… des hommes. Dans neuf mois, des hommes accoucheront d’un enfant. A cause de moi…

La fille (se croise les bras et regarde sa mère, avec de la moquerie dans la voix). Je hais la médecine. Je voulais être une artiste. Je voulais être une femme. Avec des dentelles et du mascara sur les cils. Je voulais chanter, danser, écrire. Une artiste, maman, je voulais être une artiste. Demain, des hommes accoucheront. Moi, je tire ma révérence, je ferme ces rideaux-là et je pars. Pour en ouvrir d’autres. Une artiste, maman, je veux être une artiste.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

éric 30/06/2015 14:04

Fine psychologie et originalité. Je vote pour ce texte.

Christine Brunet 30/06/2015 06:57

Texte 4 => 1...
Texte 5 => 1...
Texte 7 => 1...
Texte 9 => 3...

Jean-Louis Gillessen 30/06/2015 03:29

Carine-laure a raison d'insister : je crois que beaucoup n'auront voté que sur la page du 29 juin, sans envoyer le mail via la rubrique " contact " que l'on peut trouver en haut de cette page. Et beaucoup, ne seront pas revenus vois la remarque de Carine-Laure. je pense qu'il faudrait quand même tenir compte de celles et ceux qui ont voté ici, sans avoir envoyé le courriel ...
A propos, Christine, où en sont les résultats pour l'heure ? En tout cas, bravo et merci pour ce nouveau concours, cette nouvelle animation, et félicitations à toute et tous les participants. Youpie les cédéliennes et cédéliens !

Christine Brunet 30/06/2015 06:49

Résultats demain. Vous avez jusqu'à 19h pour voter sur ce post !

Carine-Laure Desguin 29/06/2015 22:38

Oui Philippe on vote mais pour que ton vote soit validé correctement, tu dois en plus te servir du formulaire de contact de ce blog et envoyer le mail avec ton choix. Merciiii Philippe.

Philippe D 29/06/2015 21:16

C'est le moment de voter? J'ai relu les deux premiers textes, avec ce dernier, voilà mes 3 préférés.
J'hésite. Je vote pour le 9 pour son originalité et sa qualité d'écriture.

Philippe D 29/06/2015 21:11

Pas banal du tout, ce texte. Plutôt inattendu et très bien écrit. J'aime!

Christine Brunet 29/06/2015 18:03

Donc :

Texte 4 => 1 ...
Texte 5 => 1 ...
Texte 7 => 1 ...
Texte 9 => 2 ...

Carine-Laure Desguin 29/06/2015 17:44

Je vote pour le 4. Une vengeance qui ressemble à une blague. C'est gentil et on ne se prend pas la tête. Sauf cette de Claudette. En plus, je l'aime bien ce prénom, Claudette.

Donc, n'oubliez pas de voter aussi par le formulaire de contact, en plus de voter dans les commentaires de ce texte-ci (le 9)

Pour rappel, en cliquant sur la page d'accueil, vous avez une vue d'ensemble des 9 textes. A vos claviers!

Gillet-B Pascale 29/06/2015 16:19

J'hésite entre le 7 et le 9 .... Le 7 pour le style, le 9 pour le fond.....
Je choisis le 9 parce que cette vengeance me plaît!!!

Christine Brunet 29/06/2015 14:50

Texte 5 => 1
Texte 7 => 1
Texte 9 => 1

M-Noëlle FARGIER 29/06/2015 14:48

Je vote pour le texte 9

Christine Brunet 29/06/2015 12:22

Texte 5 1 voix
Texte 7 1 voix...

la patate 29/06/2015 12:20

je vote pour le 5

Christine Brunet 29/06/2015 08:37

Bonne remarque, Carine-Laure !!!

Carine-Laure Desguin 29/06/2015 08:31

visualisER

Carine-Laure Desguin 29/06/2015 08:30

Si vous allez sur la page d'accueil, vous savez visualisez le début des 9 textes, histoire de se remettre tout ça en mémoire.

Carine-Laure Desguin 29/06/2015 08:28

Un autre type de vengeance, pas mal non plus.

Nous voici devant le choix de 9 textes.

Gillet-B Pascale 29/06/2015 08:25

Très bien la vengeance, très froide!!!!

Christine Brunet 29/06/2015 07:53

Texte 7... 1 voix... Jean-Louis, premier sur les starting blocks ! Bravo !

Jean-Louis Gillessen 29/06/2015 07:51

Eh bien oui, voici le moment des votes. Beaucoup de textes à teneur originale, tous très différents.
Hésitation entre le 4 et le 7. J'opte finalement pour le 7. Les jeux sont faits. Oh, il y aurait bien aussi le ... et le ..., ...mais il faut bien choisir en dernier recours.

Christine Brunet 29/06/2015 07:02

Dernier texte de ce concours... Vous avez jusqu'à demain 19 heures pour voter sur ce post ! N'oubliez pas, un vote par lecteur. Et vous devez remplir la case "mail" lors du post de votre vote. Tout vote non accompagné d'un mail sera rejeté.

Jean-Louis Gillessen 29/06/2015 01:21

Une auteure (je pense) qui a le sens du dialogue, et indique des didascalies comme pour une scène de théâtre (oh, ai une petite idée sur l'identité de l'auteure, ou je me trompe carrément ! ). Sujet délicat, le début me semblait un ramassis de clichés, ... mais je ne m'attendais pas à la chute ... Surprise bien amenée ...