Extrait d'un journal intime, un texte signé Louis Delville

Publié le par christine brunet /aloys

Extrait d'un journal intime, un texte signé Louis Delville

EXTRAIT D'UN JOURNAL INTIME

Samedi, le 18 mai 1861

Il est près de six heures et je suis réveillée. J'écris ces quelques lignes à la hâte. Aujourd'hui est un grand jour, celui de mon mariage.

Charles m'a choisie parmi toutes les jeunes filles de bonne famille que ses parents avaient voulu qu'il rencontre avant de faire son choix.

Béni soit le jour où je l'ai vu, jeune officier fringant dans ce bel uniforme ! Il semblait savoir que tous les regards étaient tournés vers lui et pourtant il m'a longuement fixée en s'avançant vers Mère à qui il a demandé l'autorisation de m'inviter à valser.

Et nous avons valsé, valsé, j'en suis encore étourdie… À minuit, comme les jeunes filles sages, j'ai obéi à Mère qui voulait quitter la salle de bal. Nous sommes reparties dans le fiacre que Père avait envoyé nous chercher.

Cher journal, voilà plus de cinq ans que j'attends ce jour et j'ai peur ! Peur de le décevoir, peur que Charles ne me trouve pas digne de lui, peur aussi de cette nuit de noces dont Mère a toujours parlé à demi-mot et en rougissant !

J'aime Charles plus que tout et bientôt, je serai sienne.

Ceci est la dernière page de ce journal intime. Plus rien n'est écrit après ces quelques lignes…

(Extrait de "Petites et grandes histoires")

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Louis Gillessen 06/09/2015 01:11

Quelle chute, j'aime ! Brrrrrr ....