Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Rachel Colas et Anaïs Valente nous présentent "Histoires de mourir de vivre"

25 Mars 2015 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #présentations

Rachel Colas et Anaïs Valente nous présentent "Histoires de mourir de vivre"

Courte bio Rachel Colas et Anaïs Valente

« Rachel Colas et Anaïs Valente sont deux auteures belges publiées à de nombreuses reprises chez divers éditeurs français. Elles se sont connues via leurs blogs http://www.rachelcolas.be - http://plaisir-d-ecrire.skynetblogs.be/ et http://le-celibat-ne-passera-pas-par-moi.be/.

De leur amitié est né « Histoires à mourir de vivre ». Étonnantes, angoissantes, amusantes ou émoustillantes, leurs histoires ne vous laisseront pas indifférents ! »

Résumé

« Des tourments qui s’apaisent à la mort d’êtres chers, un attaché-case meurtrier, des cauchemars qui prennent vie, un gène qui tue, des fils d’or qui invitent la mort, cinq minutes qui s'octroient le droit de vie... ou pas, un robe de plumes de corbeau qui ravit son créateur, une fenêtre propre qui protège un meurtre, du sexe sans limites avec une célébrité, ou pire, Facebook qui assassine, plus rien ne sera comme avant lorsque vous aurez lu ces histoires !

Car quand l’heure a sonné, tout est dit.

Alors, autant mourir de … vivre. Maintenant ! »

*

DEUX EXTRAITS !

« VIERGE » de Rachel colas -
Pag
e 159

« Un instant de panique : elle se sent toute flétrie. Elle a attendu tellement de temps qu’elle ne se sent plus si fraîche. Rose d’automne. Et s’il ne la désirait pas ?

Trop tard : elle ne peut plus reculer. C’est son tour. Il va surgir comme un diable en boîte. Elle va sursauter : elle le sait. La porte s’ouvrira trop vite, d’un coup brusque. Cela aussi elle le sait.

Elle a peur. Elle est impatiente. Elle va mourir, c’est sûr ! Non pas tout de suite, d’abord, sa nuit de noces. Le reste ne compte pas. Il n’y a que lui. Rien que lui. Et elle. »

*******

« L’éponyme » d’Anaïs Valente -
Pag
e 45.

« Je te dirais bien que les flocons de neige tombent du ciel en même temps que les larmes tombent de mes yeux, mais ça te ferait trop rire. Tu as toujours détesté les mélodrames. En particulier les miens. Alors, on va dire que ce ne sont pas des larmes, que c’est la condensation de mes lunettes propulsée sur mes joues, because l’air co de ce grand hôtel avec vue sur rien. Vue sur rien. Mais pas n’importe quel rien. Ton rien. Alors, un peu le mien. Ça y est, je retombe dans le mélodrame. On va dire que ce ne sont pas des larmes alors. On va dire ça. »

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Louis Gillessen 26/03/2015 00:35

Surprenante écriture de moments saisis ponctuels. Des ressentis, des expressions de sentiments bien décrits, sans cynisme, seulement et justement une plume vive et acérée. Beau duo d'auteures.

Pâques 25/03/2015 20:45

Innovateur, décoiffant, j'aime beaucoup !

Edmée De Xhavée 25/03/2015 07:59

Une autre manière de voir les choses et de remplacer le drame par du plus supportable, c'est parfois soulager le fardeau...

Nadine Groenecke 25/03/2015 07:19

Belle couverture et titre accrocheur.

Carine-Laure Desguin 25/03/2015 07:12

Un livre, deux auteurs. C'est déjà une richesse.