Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Quand le diable s'emmêle, 2° partie, un conte signé Didier Fond

10 Février 2015 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Nouvelle

Quand le diable s'emmêle, 2° partie, un conte signé Didier Fond

« QUAND LE DIABLE S’EMMÊLE… » 2

CONTE QUI SENT LE SOUFRE

Deuxième épisode

Quel métier allait-il choisir ? Cultivateur, pensa-t-il. Je vais planter des graines empoisonnées dans le sol, elles germeront, donneront une jolie herbe verte et ses moutons débiles n’auront rien de plus pressé à faire que d’aller la manger et ils crèveront tous. Résumons : la terre, je l’ai, il me faut : une charrue, des bœufs et avant tout, une forge.

Aussitôt dit, aussitôt fait : le diable construisit sa forge en deux temps trois mouvements, fabriqua une charrue énorme, si forte, en acier trempé qu’elle pouvait même fendre en deux les rochers. Trouver les bœufs capables de tirer une telle charrue fut un jeu d’enfant, et dès potron-minet, Satan s’attela à sa tâche. Armé d’un aiguillon au cas où ses gros bœufs noirs décideraient de lanterner, il commença à creuser des sillons profonds comme des vallées.

Saint Martin, sur le moment, ne s’alarma point. Son voisin risquait d’être certes assez encombrant, mais après tout, s’il se contentait de jouer les laboureurs, ce ne pouvait qu’être bénéfique dans la mesure où la région méritait vraiment d’être débroussaillée. Puis, une sourde inquiétude l’envahit : qu’allait faire le diable de ces magnifiques sillons réguliers ? Qu’allait-il y semer ? Saint Martin se retira dans sa cabane et pria. Dieu l’entendit et lui envoya une vision atroce : des cadavres de moutons partout, le ventre gonflé, les pattes en l’air, la bave aux babines. « Juste ciel ! s’écria le bon Saint Martin. Cette abominable créature va empoisonner mes bêtes. »

Alors, d’un pas relativement assuré, il se dirigea vers les terres labourées, s’agenouilla devant elles et levant les bras au ciel, implora l’aide du Seigneur. Immédiatement, les bœufs, la forge et la charrue furent changés en blocs de pierre, au grand mécontentement de Satan qui traita Saint Martin « d’empêcheur de tourner en rond. »

« Va voir ailleurs si j’y suis, rétorqua le Saint. Désormais, ces terres sont sous la protection divine Tu n’as plus droit de cité ici. »

« D’accord, fit le Diable, très en colère. Je ne voulais que te faire de petites plaisanteries. Mais maintenant, ce ne sont plus tes moutons qui m’intéressent. A bon entendeur, salut ! » Et le diable se dirigea d’un pas décidé vers la montagne.

D’abord, Saint Martin fit « ouf ! ». Puis, la journée s’écoulant, il fut saisit d’une nouvelle inquiétude. Qu’allait encore manigancer cette engeance trop cuite ? Le diable n’allait-il pas se venger sur des innocents de l’échec qu’il venait de subir ? « Parle-moi, Seigneur ! » supplia-t-il en s’agenouillant et en regardant un mouton au fond des yeux. Hélas, le vecteur n’était point le bon et le mouton ne répondit pas.

Pendant ce temps, Messire Satan avait franchi la montagne et s’était dirigé vers un village bâti presque au fond d’une vallée étroite que surplombaient deux pics imposants. Un torrent aux eaux furieuses et violentes coulait au pied du village et il était très difficile de le franchir, bien qu’il fût étroit, à cause de ses flots tumultueux. Nombre de chèvres et de brebis y avaient laissé leur vie et le maire du village avait grande envie de faire bâtir un pont entre les deux rives. Le diable vit là l’occasion de prendre sa revanche. Reprenant son apparence de « jeune homme de bonne famille », il pénétra dans le village, entra dans la mairie et se présenta comme « Ingénieur des Futurs Ponts et Chaussées », nouvellement promu par la grâce administrative dans le district. Le maire désirait-il faire des travaux dans sa commune ?

Monsieur le Maire était un homme fort gentil et fort honnête, mais aussi bête que les moutons de Saint-Martin, ce qui n’était pas peu dire. Entendre de la bouche de ce garçon qu’il était capable de réaliser son vœu le plus cher le plongea dans un émerveillement sans pareil, dont le diable eut bien de la peine à le tirer afin d’avoir une réponse claire et nette.

« Le pont, dit enfin le maire, ayant retrouvé l’usage de la parole. Il nous faudrait un pont sur le torrent. »

« Un pont ? répéta l’Ingénieur diabolique. Pas de problème. C’est dans mes compétences, je vous le construis. »

Comme nous l’avons déjà dit, Monsieur le Maire était certes d’une magistrale niaiserie mais il lui arrivait d’avoir des éclairs d’intelligence. La foudre du bon sens l’illumina un instant.

« Attendez, attendez, dit-il alors que le diable commençait à tourner les talons pour se mettre au travail. Mais la tâche est rude, difficile, et vous êtes tout seul. Sans ouvriers pour vous aider, vous n’y arriverez pas, ou vous ferez n’importe quoi ou vous demanderez un prix exorbitant et nous sommes très pauvres dans ce village. »

Satan lui adressa son célèbre sourire doucereux numéro 5 : celui auquel personne ne résiste.

« Voyons, répliqua-t-il, vous avez parfaitement raison. Mais je vous jure que ce pont sera construit en une nuit et que le salaire demandé sera dérisoire. Croyez-moi, je suis sorti premier de Centrale, promotion… » et il avala la date parce que l’école n’existait pas encore.

« Oui, mais combien allez-vous demander ? » insista le maire.

Sa Majesté fourchue minauda :

« Pas grand-chose, vraiment. Je ne veux en échange que la possibilité de choisir une âme parmi les habitants de votre village. »

(A suivre)

Didier Fond

Quand le diable s'emmêle, 2° partie, un conte signé Didier FondQuand le diable s'emmêle, 2° partie, un conte signé Didier Fond

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Rolande Quivron 10/02/2015 16:24

Savoureux et haletant en diable pas vaut vert ..... Nous salivons de curiosité qui est un vilain défaut. Ce diable trop séduisant aura-t-il le dernier mot ?
Tous les Saints du ciel viendront-ils en aide à leur collègue ?
Je rejoins en tous points les commentaires précédents et attend la suite en salivant, na.
Bonne nuit à tous.

Jean-Louis Gillessen 10/02/2015 13:47

Je rejoins les commentaires de mes deux collègues, et, comme Christine, j'avais relevé les phrases susnommées. Quel délice ces pieds de nez, cet humour !

Edmée De Xhavée 10/02/2015 10:16

Je bois du petit lait :) C'est savoureux "en diable", ce conte... Et je compte bien sur notre bon vieux Saint Martin pour gagner le duel!

Christine Brunet 10/02/2015 08:06

"Satan lui adressa son célèbre sourire doucereux numéro 5 : celui auquel personne ne résiste."
"Qu’allait encore manigancer cette engeance trop cuite ? Le diable n’allait-il pas se venger sur des innocents de l’échec qu’il venait de subir ? « Parle-moi, Seigneur ! » supplia-t-il en s’agenouillant et en regardant un mouton au fond des yeux. Hélas, le vecteur n’était point le bon et le mouton ne répondit pas."

Ah ah ah !!! Beaux clins d'oeil ! Bravo !!! Mais que va donner "cette vengeance trop cuite ?"????