Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Correspondances de Florian Houdart dans le Bibliothécaire

19 Février 2015 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #avis de blogs

Correspondances de Florian Houdart dans le Bibliothécaire
Correspondances de Florian Houdart dans le Bibliothécaire

CORRESPONDANCES /
Florian HOUDART.-
Barry : Chloé des Lys, 2013.- 175 p. ; 21 cm.- Isbn : 978-2-87459-778-
7-. 20.70 €.-


Autobiographie :
Je suis Florian Houdart, un jeune écrivain touche-à-tout qui s'adonne d'abord au roman mais aussi au texte de chanson, au scénario BD, au slam et aux nouvelles. Né à Soignies, j'y ai vécu la plupart de mon existence même si ce sont surtout les deux années passées du côté de Lessines qui m'ont permis de prendre part à la vie culturelle du Hainaut.


A ce jour, j'ai publié aux éditions Chloé des Lys deux romans.
Premièrement, Black-out, un récit d'anticipation qui entrevoit le monde tel qu'il pourrait être un jour à cause de la soif de profits de quelques-uns. Ensuite, La Petite Femme aux cigarettes, un conte moderne qui éclaire de rencontres fantastiques la descente aux enfers d'une jeune femme condamnée à une vie de misère. Deux autres romans suivront normalement. Le premier, Correspondances, a déjà fait l'objet d'une présentation dans le documentaire « Y a pas que le sexe dans la vie » diffusé sur Planète. Il aborde en effet le thème de l'asexualité au travers d'une histoire de complots au sein d'une entreprise moderne. En cours de finalisation, Les Aventures de Jean-Michel, met en scène un bon vivant alcoolique et misogyne de notre Borinage qui se retrouve projeté dans un monde de strass et de paillettes grâce à un manuscrit médiocre trouvé dans une poubelle... Le roman fera également l'objet d'une adaptation BD dont les premières planches ont déjà été diffusées.

De manière générale, ma prose se tient sur le fil ténu qui sépare le réalisme social des genres de l'imaginaire. Je suis influencé par Orwell, Vian, Sartre, Houellebecq, Kafka, Sand,... Lucide sur l'état actuel de la société et des mentalités, je ne vis que pour les exceptions que je croise, celles qui acceptent leurs différences, les offrent à l'autre, ont un sourire ou un univers à faire découvrir. Dans la vie, mes petites joies viennent des rares discussions qui semblent élever tous leurs participants, de mes grignotages intempestifs en rentrant du bureau et des regards encore innocents de certaines jeunes filles que je croise.
Grand amateur de randonnées et de balades à vélo, j'ai sillonné toute notre province dont j'aime les chemins de campagne, des carrières sonégiennes aux bois sauvages de Chimay en passant par la chaîne des terrils et le pays des collines. Pour le présent recueil, j'ai relevé le défi d'écrire un long texte de slam de six pages subdivisé en plusieurs parties. Il sera mis en musique et vous pourrez ainsi le redécouvrir dans le cadre d'un spectacle de lecture vivante avec les autres participants.


L’ouvrage :
Amory présente deux visages : celui de l'amour et celui de la mort.
L'entreprise dans laquelle il travaille s'appelle Live, comme la vie elle-même.
Amory devrait fuir. Mais au dehors, que reste-t-il du monde d’avant ?

Extrait :
Midi entrechoqua bientôt les cloches de la cathédrale Saint-Michel. D'habitude, à cause de la foule de collègues bruyants, ce concert désuet ne parvenait jamais jusqu'aux oreilles d'Amory. Midi était l'heure des bousculades tout comme dix heures était l'heure du café. Les gens sortaient de leur prison dorée en oubliant que d'autres se trouvaient sur leur passage et les bruits de pas résonnaient pendant un bon quart d'heure dans tout le bâtiment. Au fond, le personnel des entreprises n'avait jamais atteint l'âge adulte. Plus tôt, on avait promis aux étudiants un travail bien rémunéré en échange de nombreuses journées sacrifiées sur l'autel du savoir biaisé et formaté. Puis, passé l'âge du diplôme, on leur promettait de nombreuses possibilités d'évolution au sein des boîtes dans lesquelles ils avaient été engagés.
Mais les journées, elles, étaient toujours confisquées. Au surplus, avec les heures supplémentaires qui augmentaient au même rythme que les responsabilités, les gens avaient seulement le temps d'être pressés. Leur vie n'était qu'une ligne du temps où tout le savoir accumulé se résumait à l'art de s'asseoir, démocratie oblige. En troquant l'épanouissement personnel de tous contre la prospérité de quelques uns, le monde de la « libre entreprise » avait engendré le pire des conformismes.
Mais ce lundi-là, à midi, la valse des conformistes s'était tue. Où avaient-ils foutu le camp, ça, Amory l'ignorait. En revanche, il commençait réellement à s'en inquiéter. Non pas d'être si isolé, la solitude de ces tristes couloirs ne l'effrayait plus depuis bien longtemps. Non, ce qu'il l'inquiétait c'était la conviction qui naissait en lui : ces centaines d'employés absents faisaient quelque chose ensemble et sans sa présence. Un malaise paradoxal puisqu'il était censé ne pas supporter ses collègues et encore moins en dehors du cadre professionnel. Seulement, la gêne était bien là, de plus en plus vive au fil des instants, et la pensée qui l'obnubilait était sans équivoque : Il se mentait à lui-même.

Note : A ce jour, le roman a été évoqué dans le reportage Y a pas que le sexe dans la vie
de la chaîne Planète. (cfr : https://www.youtube.com/watch?v=QvjDODbkl_Q)

Bonne lecture à tous !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pâques 19/02/2015 21:07

Un auteur que j'apprécie et un sujet très intéressant à découvrir absolument !!!

Edmée De Xhavée 19/02/2015 10:43

Un vrai touche à tout, en effet... J'aime assez cette non-définition précise de style, suivre son plaisir d'écrire est une excellente motivation!

De Bodt Nicole 19/02/2015 10:39

Un auteur, un résumé qui me parle, qui m'a concernée je dirais volontiers. Je suis curieuse de découvrir comment l'auteur a abordé le sujet. Merci pour cette belle présentation.

Rooande Quivron 19/02/2015 10:04

Excellente présentation d'un auteur prometteur que l'on souhaiterait connaître mieux et suivre dans son parcours à l'avenir.
Je le rejoins, car en effet "Y a pas que le sexe dans la vie" Il serait temps de s'en souvenir.