"Le Premier ministre de sa Majesté…", un texte de Louis Delville

Publié le par christine brunet /aloys

FIN IMPOSÉE

Inventez une histoire dont la dernière phrase sera : "Plus jamais, il n'eut envie de se réincarner".

"Le Premier ministre de sa Majesté…"

La phrase résonne dans la grande salle. Tout le monde tourne les yeux vers le nouvel arrivant. Costume noir strict, chemise blanche immaculée, petites lunettes d'écaille noires et surtout le nœud papillon… !

Les femmes sont subjuguées par ce personnage à l'allure racée qui sourit de toutes ses dents. Les hommes admirent sa classe. Pourtant il est connu de toutes et de tous, Angelo ! Cela fait près de cinq ans qu'il exerce sa fonction et le pays s'en porte bien. Le chômage a presque disparu, les gens vivent bien, l'industrie est prospère et tout cela grâce à lui, Angelo Musso, fils d'immigré italien qui a gravi tous les échelons de la politique. Certains disent qu'in incarne la réussite.

En ce jour de la fête nationale, cette manifestation publique où le gratin de l'intelligentzia se réunit autour de lui, est le couronnement (actuel) de sa carrière.

Le roi a fait son éloge et tout le monde a longuement applaudi.

"Je suis presque le Messie, pense-t-il dans sa tête de politicien de gauche… Messie, un souvenir de son éducation religieuse de base. Quatre années chez les Jésuites, cela vous forme un homme !

Les semaines et les mois passent et de lourds nuages s'amoncellent au-dessus du royaume. Les accords internationaux volent en éclat, les islamistes d'en mêlent, le Vatican menace et le chômage reprend de plus belle. Angelo voit avec effroi l'approche des élections…

Ce dimanche-là, les résultats commençaient à arriver et cela tournait vraiment à la catastrophe.

Une défaite plus que cuisante. Le parti du Premier ministre sortant prend une belle raclée. Vers minuit, le leader de l'opposition annonce qu'il compte former un gouvernement sans Angelo et ses amis.

Le lundi, Angelo était encore groggy des événements de la veille et de son éviction.

Angelo reprit son métier de professeur dans l'enseignement secondaire. Il abandonna la politique, les honneurs et même son rôle de Messie, sauveur du peuple. Foi de Jésuite !

Plus jamais, il n'eut envie de se réincarner.

Louis Delville

louis-quenpensez-vous.blogspot.com

"Le Premier ministre de sa Majesté…", un texte de Louis Delville"Le Premier ministre de sa Majesté…", un texte de Louis Delville

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tarrep 30/12/2016 17:55

Bonjour
Il me semble avoir déjà vu cette proposition d'exercice dans "Libérer son écriture" Editions Victoires

Pâques 18/09/2014 19:42

Il ressemble à quelqu'un de connu ...
Je me demande si la fin sera la même !

M-Noëlle FARGIER 18/09/2014 12:13

Dangereux de se prendre pour le messie, surtout avec un nom pareil ! Mais du coup...se serait-il converti au bouddhisme ? :) En tout cas BRAVO : SUPER cette petite histoire pleine d'humour et de petits clins d'oeil.

Philippe D 14/09/2014 06:08

Pauvre Angelo !

Louis 15/09/2014 14:28

Pauvre Elio !!!