Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Un auteur : Edmée de Xhavée

24 Juillet 2014 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #fiche auteur

Un auteur : Edmée de Xhavée

– Son wordpress, pour suivre ses coups de cœur : http://edmeedexhavee.wordpress.com/

– Son blog, pour suivre son actualité : http://edmee.de.xhavee.over-blog.com/

Présentation (issue du wordpress des Éditions Chloé des lys ; lien : http://lesauteursdechloe.wordpress.com/de-xhavee-edmee/)

Edmée De Xhavée est née à Verviers – Belgique, province de Liège – en 1948. Le fait d’être née aussi banalement à Verviers lui sembla un mauvais coup du sort : oncles, tantes, grands-parents du côté paternel avaient vu et sillonné « le vaste monde », puisque cette ville lainière les y envoyait acheter la laine. Le grenier était rempli de mannes à ploquettes (les échantillons de laine dans un cylindre de papier épais) et de malles couvertes d’étiquettes évoquant de périlleux voyages en mer et des séjours dans des hôtels aux noms parfumés. Des albums de photos jaunies révélaient des après-midi sur des ponts de bateaux, le passage à gué des convois de laine, des patios fleuris où des servantes au visage d’aztèque apportaient le thé de cinq heures sur un plateau, où la bien vieille tante Marguerite chevauchait, petite fille, un mouton de bois. Des histoires de langues chantantes et de grandes amours y sommeillaient, ne demandant qu’à naître sous une plume libératrice. Mais alors, elles se bousculaient dans son cœur, non pas silencieuses – au contraire ! – mais encore trop indisciplinées.

La muse essaya bien de se faire entendre, écrivant d’une traite de porte-plume noirci d’encre des rédactions en classe – dont une lui valut un prix interscolaire – et puis relatant inlassablement, par de longues lettres à sa mère et amies, les découvertes et émotions d’Edmée qui ne se décida jamais tout à fait entre la Belgique et d’autres lieux, alternant avec les lumières radieuses de la Provence, les chansons et saveurs de l’Italie après un retour de quelques années sur sa pluvieuse mais verdoyante terre d’origine, et enfin le New Jersey, le grand jardin de New York, où elle se trouve à présent avant le grand retour.

Elle y habite à l’orée d’un bois peuplé d’animaux paisibles et gourmands, avec son mari, cinq chats et un chien. Et c’est là qu’enfin elle a commencé libérer les acteurs imaginaires de vies pas toujours imaginées.

Ses ouvrages :

 

Les Romanichels

Olivia n’a pas été élevée par sa mère, Suzanne, mais par la mère de cette dernière, la splendide Adrienne. Lorsque Suzanne lui téléphone à Turin, où elle vit avec son mari et se prépare aux vacances, une insistance inhabituelle lui fait accepter de venir passer une semaine avec cette mère aimée mais méconnue.

Jour après jour, les questions qu’Olivia n’osait se poser se présentent, avec des réponses surprenantes. Une succession de personnages, de paysages, de joies intenses et chagrins sans nom défile, et l’amour qui a entouré Olivia à son insu se révèle, éclairant un passé qu’elle ne comprenait pas, illuminant son avenir.

 

– De l’autre côté de la rivière, Sybilla

 

Quand être amoureux n’est pas aimer, quand les classes sociales s’affrontent, quand l’amertume devient venin, quand les conventions étouffent, quand les apparences sont plus importantes que la loyauté, quand l’amour ne se trouve pas où on le cherche et luit dans le noir de longs désespoirs et cris de peur…

Deux enfants que tout semble abandonner à la mort de leur mère, tout sauf Sibylla, la lumineuse et discrète Sibylla qui leur tiendra la main jusqu’à ce qu’enfin ils sentent le flux de la vie en eux, la joie devant les années encore à savourer, la paix face à l’amour qui a finalement trouvé son chemin jusqu’à eux.

Une histoire de résilience, l’histoire d’un dévouement total, patient et souverain.

 

– Lovebirds

 

Les amours ne sont pas toujours ce qu’elles semblent. Et semblent souvent être ce qu’elles ne sont pas. Mais le flux de la vie est indomptable qu’on le veuille ou non, et trouve le moyen de surgir et de se faire entendre tôt ou tard : un drame, un suicide, un meurtre, une agonie acceptée, une saine colère,  une infidélité… et la vérité explose dans sa nudité légendaire.

Huit nouvelles au cours desquelles la vérité toute nue nous parlera d’amour, faisant un tri sans pitié entre le grain et l’ivraie.

 

Elle a également écrit Une Enfance verviétoise (paru aux Éditions Irezumi) et contribué à deux collectifs :

– Sur le fil, paru aux Éditions Librisme, au sein duquel se trouve la nouvelle « La Brodeuse ».

– Canicule contenant sa nouvelle « Tremblement de cœur », paru aux Éditions Luce Wilquin.

 

Critique de ses ouvrages :

 

– Lovebirds :

  • http://interligne.over-blog.com/article-lovebirds-de-edmee-de-xhavee-118730174.html
  • http://www.bandbsa.be/notes/lovebirds.htm
  • http://www.aloys.me/article-anne-renault-a-lu-lovebirds-d-edmee-de-xhavee-116723124.html
  • http://www.aloys.me/article-philippe-desterbecq-a-lu-lovebirds-d-edmee-de-xhavee-117373010.html
  • http://www.aloys.me/article-christine-brunet-a-lu-lovebirds-d-edmee-de-xhavee-122930758.html

 

– Les Romanichels :

  • http://www.e-litterature.net/publier2/spip/spip.php?page=article5&id_article=1013
  • http://me.voir.ca/dbz/2012/05/16/les-romanichels-edmee-de-xhavee/
  • http://delphine-encoreetencore.blogspot.fr/2010/04/les-romanichels-dedmee-de-xhavee.html
  • http://jelistulisillit.wordpress.com/2009/02/26/les-romanichels-dedmee-de-xhavee/
  • http://www.bandbsa.be/contes/jailu/romanichels-jailu.htm
  • http://grandeuretdecadence.wordpress.com/lectures/

 

– De l’autre côté de la rivière, Sybilla :

  • http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/27093
  • http://www.bandbsa.be/contes/jailu/rivieresibylla-jailu.htm
  • http://www.aloys.me/article-philippe-desterbecq-a-lu-de-l-autre-cote-de-la-riviere-sybilla-d-edmee-de-xhavee-73384242.html
  • http://www.bandbsa.be/contes/jailu/rivieresibylla1-jailu.htm
  • http://www.bandbsa.be/contes/jailu/sibylla1-jailu.htm

 

 

Pour mieux la connaître :

– Une interview vidéo de l’auteur : http://actu-tv-web.over-blog.com/categorie-12257357.html

– Une interview écrite de l’auteur : http://www.bandbsa.be/contes/interview/dexhavee-interview.htm

http://delphine-encoreetencore.blogspot.fr

http://delphine-encoreetencore.blogspot.fr

Un avis choisi parmi tant d'autres, celui du blog http://delphine-encoreetencore.blogspot.fr

  • http://delphine-encoreetencore.blogspot.fr/2010/04/les-romanichels-dedmee-de-xhavee.html

Depuis des jours je tourne et retourne le roman d'Edmée dans ma tête, je l'ai au bout de la langue, à la pointe de ma plume, les doigts me démangent à force de vouloir danser sur le clavier, mais ce n'était pas encore leur moment. Chère Edmée, je n'offre pas ici une reseña en bonne et due forme, un compte-rendu linéaire respectant l'ordre des choses, la succession des événements, le résumé de la narration, j'en suis totalement incapable. Il y a une certaine linéarité dans le roman même si celle-ci est entrecoupée d'autres histoires, mises en abyme éclairant le récit sous un nouvel angle. Alors pourquoi le texte danse-t-il devant mes yeux en cercles concentriques? Non pas une valse, ni même une polka ou une mazurka, mais ce mélange envoûtant de notes successivement lascives puis endiablées, empruntes de mélancolie puis d'ivresse fougueuse telles les flammes de l'amour qui animent toutes les pages, de la première à la dernière. Pourtant, à en prendre une au hasard, on se retrouve souvent à prendre le thé, à fréquenter les salons, les allées d'un château, les pensionnats, les nurses puis les salles de bals, ou bien à contempler la mer du Nord, le Mont Sainte Victoire, les roses trémières et les cistes le long du mur. Mais c'est pour ensuite mieux échapper à toute bienséance, à l'univers aseptisé et froid où manger à sa faim est preuve de mauvaise éducation, où parler se fait en chuchotant, ou rire se fait derrière une main gantée, où aimer ne se fait pas si ce n’est conventionnellement, où tout se délabre et se détériore, faute d’âme et d’argent. On retrouve alors la chaude clarté des personnes simples et vraies, polonaises, italiennes, françaises, belges, peu importe, mais des personnes pour qui seule la poésie du bonheur compte. Cet amour vibre, souffre en profondeur pour se donner entièrement, partagé entre le passé qui l'entrave et l'avenir qui s'ouvre à lui ; il brûle parce qu'il ne peut s'exprimer comme il le voudrait. Jamais. Toujours un obstacle, mais qui le fera grandir silencieusement. Les mots dérouleront les parchemins secrets de la vérité, les excavant des méandres de l'oubli avant qu'il ne soit trop tard, avant que les secrètes fleurs de l'amour ne soient enfouies au creux de la mémoire fripée. Quelques 260 pages alors qu’il en faudrait des milliers pour raconter toutes ces vies, toutes ces amours, ces combats, ces désespérances. C'est là le miracle des mots d'Edmée si justes, vigoureux et subtils à la fois. Ils frappent les sens et le cœur et nous livrent et les personnages et l'auteur à travers une écriture proustienne qui ne tombe pas dans les pièges de la mièvrerie et fait le lien entre la force et la fragilité des héros et de leurs sentiments.
Les Romanichels, Edmée de Xhavée, édition Chloé des Lys

http://delphine-encoreetencore.blogspot.fr

 

========================================

 

Article signé CHLOE ROUSSEAU

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pâques 01/08/2014 21:49

Edmée une dame passionnante, avec elle nous effectuons un périple dans l'histoire, les charmes mais aussi les travers de la bourgeoisie, le goût de des autres et de la vie ...
Elle croque allègrement des personnages attachants et nous refermons le livre avec le regret de quitter cet univers pittoresque.

Philippe D 25/07/2014 21:33

Edmée : une plume légère, pétillante et généreuse. Les mots semblent s'écrire tout seuls tant tout coule de source.
Aussi une mémoire intacte qui relate les souvenirs les uns après les autres.
Une vie riche en rencontres et en voyages notamment.

Edmée De Xhavée 25/07/2014 08:13

Ciel, quel travail en effet que de rechercher toutes ces infos... et quel plaisir que de les trouver bout à bout de façon aussi concise. Merci Chloé et merci Jean-Louis et Carine-Laure pour vos éloges. je ne cache pas que ça fait plaisir et même plus :)

Carine-Laure Desguin 25/07/2014 04:35

Bravo à Chloé Rousseau qui sait très bien mettre en évidence les carrières des auteurs. Sacré boulot. Aller rechercher tous ces articles, prendre l'essentiel...Edmée de Xhavée, un auteure avec qui j'ai fait tout de suite connaissance, en débarquant chez CDL. J'ai lu Les Romanichels. Mais pas commenté le livre, pas osé. Il avait été commenté plus de dix fois...Alors j'ai lu le second roman. Une belle friandise, savoureuse, sucrée et parfois un rien d'acidité distillée avec parcimonie. Edmée de Xhavée croque les portraits de ses contemporains d'une façon magistrale.

Jean-Louis Gillessen 25/07/2014 01:41

Edmée, une grande dame et une auteure raffinée, tantôt romanesque, tantôt à l'écriture drôle, bouffonne, tantôt telle une journaliste qui pose des questions et interpelle par ses réflexions sur son blogue riche de textes bien à elle. ... J'ai vécu à Verviers de 1963 à 1968, nous nous sommes peut-être croisés ...