Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Jana Rehault : "Quelqu’un a dit qu’il n'y a pas trente-six façons d’écrire, il y en a trente-six mille. Je pense que c’est aussi valable pour la définition de l’écriture."

6 Janvier 2015 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #interview

Janna Rehault, une voyageuse, une auteur de SF, une auteur qui titille notre imagination et notre curiosité depuis plusieurs mois avec des extraits de son roman "La vie en jeux". Même le titre surprend. Je ne pouvais que lui demander de répondre à quelques questions ce qu'elle a fait avec rapidité, réactivité et... créativité !

 

Tu te présentes succinctement ?

Je suis Janna ; j’ai 35 ans, je viens du Kazakhstan (l’ex-URSS). Ça fait 12 ans que je vis en France. J’ai fait des études en Sciences Po. Je travaille essentiellement dans l’humanitaire ; sinon, je fais de la traduction et donne des cours de russe.

 

Tu voyages beaucoup : est-ce que ton écriture et ton univers s'en ressentent ?

Je dirais que mon écriture s’en ressent indirectement, dans le sens où je ne parle pas des voyages dans ce que j’écris (mais je compte le faire dans mon prochain roman) ; ça serait plutôt l’expérience de vie que j’ai acquis en voyageant - la rencontre avec d'autres cultures, la connaissance des modes de penser et de vivre différents – qui a influencé mon écriture.

 

Ecrirais-tu différemment si tu étais restée dans ton pays natal ?

Je crois que j’aurais le même style ; par contre, les sujets et les personnages ne seraient pas tout à fait les mêmes. Et certainement, mes points de vue sur beaucoup de questions seraient très différents de ceux que j’ai aujourd’hui. Je pense que j'ai vraiment la chance d'avoir deux cultures : cela a beaucoup élargi ma vision des choses.

 

Définis le mot écriture (ta déf, hein)

Quelqu’un a dit qu’il n'y a pas trente-six façons d’écrire, il y en a trente-six mille. Je pense que c’est aussi valable pour la définition de l’écriture. Pour moi, elle dépend surtout des raisons pour lesquelles on écrit. Ça peut aller d’un simple  plaisir d’inventer des histoires à une sorte de thérapie libératrice. On n’écrit pas tous pour les mêmes raisons. Pour certains c’est une façon de fuir la réalité ou de se créer son propre monde, pour d’autres  - une possibilité d’exprimer leurs idées ou de faire partager leurs expériences, ou encore un moyen de mieux comprendre soi-même. Et évidemment, la chose que nous avons tous en commun c’est la pulsion créatrice.

 

Définis ton style

Je dirais que mon style est assez minimaliste, dans le sens où je ne donne pas de longues descriptions des lieux ou des aspects visuels des choses. Par contre, j’ai une fâcheuse tendance à plonger dans les réflexions soi-disant « philosophiques ».  J’aime bien argumenter en faveur des points de vue différents, voire opposés, et en général, j’évite de donner un jugement définitif. Je préfère laisser le lecteur construire sa propre opinion.

 

Depuis quand écris-tu ?

J’ai commencé par compléter ou changer la fin des histoires que je lisais ; j’avais 8 ou 9 ans. Mais pour écrire mes propres histoires, il a fallu que j’atteigne 13 ou 14 ans.

 

Un déclencheur ?

Ma crise d’adolescence. Comme beaucoup, je l’ai  assez mal vécue. Donc, c’était en quelque sorte une échappatoire.

 

Que lis-tu ?

En ce qui concerne la littérature, je lis surtout les classiques du 20ème siècle. Sinon, je lis beaucoup sur l’Histoire, l’art et la philosophie.

 

Un grand merci, Janna, pour ce partage !

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

 

Jana Rehault : "Quelqu’un a dit qu’il n'y a pas trente-six façons d’écrire, il y en a trente-six mille. Je pense que c’est aussi valable pour la définition de l’écriture."

Parle-moi de ton livre

C’est un roman ; le titre est « La vie en jeux ». C’est une sorte d’anti-utopie. L’action se déroule dans les années cinquante du 21ème siècle dans la Fédération Européenne.  A première vue il s’agit d’un meilleur des mondes qu’on peut s’imaginer selon nos aspirations d’aujourd’hui : la violence est minimisée ; les crimes ne se font pratiquement plus ; la vie humaine et les droits de l’homme sont sacralisés ; les maladies sont vaincues par l’ingénierie génétique ; ceux qui subissent une mort non naturelle « ressuscitent » grâce au clonage ; ceux qui subissent des chocs psychologiques se font libérer de leurs traumatismes grâce à la modification de mémoire,  etc. Pas de totalitarisme, ni d’asservitude des hommes par les robots.

En même temps, les gens voient leur vie se déplacer progressivement dans les espaces virtuels dont les prototypes sont des métavers d’aujourd’hui. C’est là que se vit la vie sociale, professionnelle, sentimentale. La plupart des résidents des métavers ne quitte le monde virtuel que par nécessité, pour satisfaire le minimum de leurs besoins vitaux. Ils identifient leur personnalité à leurs avatars dans le métavers, la soi-disant « e-identité », pendant que leur être du monde réel se considère plutôt comme une enveloppe matérielle, un support de leur existence virtuelle. Le non-vivant devient l’objet des affections de l’homme et, grâce aux substituts tels que jeux vidéo, télé réalité, feuilletons, etc., on ne vit que par procuration.

 

Tes personnages ? D'où sortent-ils ?

Certains sont tirés de l’imagination ; d’autres sont inspirés de personnes réelles que j’ai connues. Par ailleurs, beaucoup de mes amis qui ont lu mon roman m’identifient avec mon héroïne principale. Je ne suis pas tout à fait d’accord ; mais il est vrai que c’est surtout à travers elle que j’exprime mes pensées.

Jana Rehault : "Quelqu’un a dit qu’il n'y a pas trente-six façons d’écrire, il y en a trente-six mille. Je pense que c’est aussi valable pour la définition de l’écriture."

Pourquoi avoir choisi un roman qui se déroule dans le futur ? L'anticipation, la SF sont-ils des genres qui ont ta préférence ?

 

  • Oui, j’aime beaucoup les romans d’anticipation. Par contre, je n’ai pas choisi le contexte futuriste par pure passion pour la science-fiction. C’est plutôt un moyen « technique » qui permet de pousser à l’extrême les tendances de la société d’aujourd’hui afin de les remettre en cause.

Quelles idées veux-tu véhiculer via ton roman puisque tu parles "débats philosophiques"

  • Par exemple, l’une des controverses gravite autour de la modification de la mémoire, servant à éliminer les souvenirs traumatisants chez les individus. Son objectif peut paraître judicieux : libérer l’homme des souffrances du passé. En même temps, effacer les souvenirs négatifs n’équivaut-il pas à rétrécir ou réduire sa personnalité ? De même, en ce qui concerne les criminels : dans mon roman on ne les punit plus, on leur modifie la mémoire. On a abolie la tradition carcérale considérée comme inhumaine et inefficace. Cependant, est-ce tellement mieux d’enlever de force les souvenirs à un homme et ainsi l’obliger à être « gentil » ? Le discernement moral ne doit-il pas rester dans le cadre d’un choix libre de l’individu ?
  • D’autres « débats philosophiques" portent sur le clonage et le droit au suicide, sur la réalité virtuelle (est-elle capable de rendre l’homme heureux et remédier à tous les problèmes ?) ; sur l’art (vaut-il tous les sacrifices ? peut-on qualifier d’art celui créé par des machines ?), etc.

Parle-nous de tes personnages : si j'ai bien compris, tu as une héroïne ?

  • Oui, la principale héroïne est Alexandra, une jeune fille qui, suite au clonage de son frère, commence à remettre en question les phénomènes de la société dans laquelle elle vit. En même temps, elle est aussi le produit de cette même société ; et son conditionnement fait qu’elle se perd dans les spéculations purement intellectuelles au lieu de chercher des solutions plus simples et plus directes.
  • Un autre personnage important est son meilleur ami Max. C’est un jeune intellectuel qui se veut profondément humaniste mais qui reste le défenseur le plus ardent de cette société. Défendant les visions complétement opposées, ces deux protagonistes mènent tout au long du roman un duel idéologique. Alexandra dénonce ce qu’elle qualifie de nécrophilie sociale, en parlant de la société où le virtuel ou mécanique devient l’objet des affections de l’homme. Quant à Max, il n’attache pas beaucoup d’importance au mode de vie des gens ; pour lui l’essentiel est qu’ils se plaisent dans leur monde (peu importe, réel ou virtuel) et que rien ne les fasse souffrir.

Pourquoi avoir mis dans ton titre le mot "jeu" au pluriel ?

  • C’est un jeu de mots. Comme les gens dans mon roman passent leur vie dans un monde virtuel, on peut dire qu’ils ne vivent plus, ils ne font que jouer la vie. Par conséquent, la vie réelle se trouve rétrécie, et l’essence même de la vie est en jeu.

Allez, pour la conclusion, tu nous livres le synopsis de ton roman ?

  • Comme je l’ai déjà dit, c’est une sorte d’anti-utopie qui a lieu dans les années cinquante du 21ème siècle.
  • Plusieurs actions se déroulent simultanément. L’une d’elles commence par la participation de la principale héroïne Alexandra au mouvement des biophiles. Ce mouvement rassemble des jeunes « rebelles » autour d’un suicidaire Ruud qui réclame un droit de ne pas être cloné en cas de suicide. Or dans ce monde, le clonage d’un être humain est obligatoire s’il meurt d’une mort non naturelle. S’en suivent des manifestations, des débats télévisés, un procès et, au final, une décision de tribunal.
  • Une intrigue parallèle concerne la relation d’Alexandra avec son meilleur ami Max dont elle est secrètement amoureuse. Max crée une femme virtuelle qui incarne son idéal féminin et dont il tombe follement amoureux. Jalouse au début, Alexandra apprend que pour créer son idéal, Max s’est servi d’elle comme d’un modèle, c’est-à-dire il l’a programmé en se basant sur le physique et le caractère d’Alexandra. Une question s’impose : pourquoi au lieu de tenter la vraie relation avec la vraie Alexandra, Max préfère-t-il sa copie numérique ? Par timidité ? Ou bien, parce qu’il est incapable d’aimer une femme réelle, et ne peut s’attacher qu’aux entités virtuelles?
  • En même temps, le frère d’Alexandra (avec qui elle est extrêmement proche) se fait cloner après sa mort survenue suite à un accident. Alexandra se voit partagée entre l’amour pour son frère et une animosité envers son clone. Elle ne parvient pas à accepter ce dernier en tant que frère mais s’accroche à l’espoir que son frère continue à exister à travers son clone. La barrière psychologique qui les sépare depuis, l’empêche d’aborder le problème directement et l’incite à chercher des moyens détournés. C’est donc dans l’espace virtuel que leurs retrouvailles devraient avoir lieu.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Janna Rehault 09/01/2015 18:43

Merci a to us pour vos commentaries; can me fait plaisir que can vous a plus; j'espere que vous he serez pas decus par la suite

M-Noëlle FARGIER 06/01/2015 16:29

Un imaginaire très pensé ! J'ai vraiment envie de lire ce livre.

Christine Brunet 06/01/2015 18:53

Je dois dire que moi aussi, j'ai très envie de lire le livre de Jana... Le titre fait partie de ma prochaine commande...

Carine-Laure Desguin 06/01/2015 14:53

Et out cela est sublimé par une couverture très révélatrice, j'aime beaucoup

Edmée De Xhavée 06/01/2015 10:22

Je ne suis pas fan de la SF, bien que j'aie autrefois craqué pour Sean Connery dans Zardoz :) Ceci dit je comprends très bien la démarche expliquée par l'auteur, qui est de montrer sans doute comment ça "pourrait tourner" si tous nos rêves se réalisaient... Et son histoire semble passionnante en tout cas! Bravo!